Au lycée Turgot, les élèves mettent le turbo

C. B. - ©2008 20 minutes

— 

Michel Pantèbre, proviseur du lycée Turgot (3e), espérait au mieux accueillir une trentaine d'élèves. Finalement, près de cent lycéens et bacheliers entrant en classes préparatoires suivent depuis une semaine un stage gratuit de remise à niveau avant la rentrée officielle, le 2 septembre.

Lancé pour la première fois cette année par le ministère de l'Education nationale, le dispositif se termine vendredi. A mi-parcours, les résultats commencent déjà à se faire sentir. Devant une poignée d'ados et un jeune prof détendu, Yaëlle, 17 ans, et Sarah, 18 ans, exposent un exercice d'analyse de texte. Sans aucune crainte apparente. « On prend plus facilement la parole, remarque Sarah, qui entre en terminale littéraire. Il y a moins de pression. C'est une façon très ludique de réviser ce qu'on avait oublié. » « Je ne voulais pas démarrer le premier trimestre avec des lacunes. Ce stage me rassure », poursuit Yvan, 16 ans, futur élève de terminale scientifique. « Après quelques jours de prise de parole, les petits automatismes reviennent », assure Michel Olinga, professeur d'anglais.

Dans l'académie de Paris, six lycées, dont un professionnel, ont été sélectionnés en fonction de leur faible taux de réussite au bac et du nombre élevé de lycéens issus de milieux défavorisés pour assurer ces stages. Soit quelque 230 élèves.

Une expérimentation similaire est également organisée dans certaines écoles primaires. « Au bout d'une semaine, personne n'a été absent. Tout le monde me remercie. Je rêve d'une rentrée comme ça ! », s'enthousiasme le proviseur.