Paris: Des agents sur les quais du RER B pour prendre en charge les «malaises voyageurs»

RATP Ile-de-France Mobilités va tester le déploiement d'agents de la Sécurité civile dans les principales stations du RER B, afin de prendre en charge rapidement les «malaises voyageurs» souvent responsable des retards sur la ligne.

M.F avec AFP

— 

La gare RER B de l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle. (Illustration)
La gare RER B de l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle. (Illustration) — JACQUES BRINON/AP/SIPA

« En raison d’un malaise voyageur, le trafic est perturbé sur le RER B entre les stations… » Grand responsable des retards sur les lignes de transport en commun en Ile-de-France, les malaises voyageurs sont source de désespoir récurent pour les voyageurs.  Ile-de-France Mobilités a peut-être trouvé une solution.

Le syndicat va expérimenter le déploiement d’agents de la sécurité civile dans les principales stations du RER B, l’une des lignes les plus fréquentées de la région avec ses 900.000 voyageurs quotidiens. L’objectif est de prendre rapidement en charge les voyageurs malades. Pour sortir d’un train une personne qui a eu un malaise à bord, il faut actuellement du personnel habilité, ce qui entraîne des retards importants.

A Châtelet-Les Halles, Gare du Nord et Denfert-Rochereau

« La présence de personnels qualifiés de la sécurité civile et le travail engagé avec le SAMU pour gérer les situations directement sur les quais est une première, à la fois pour prendre en charge plus efficacement les voyageurs victimes de malaises et pour limiter l’impact sur la circulation du train », a indiqué  Valérie Pécresse, la présidente de l’autorité régionale des transports qui dirige aussi la région Ile-de-France.

Des agents de la sécurité civile seront d’abord déployés aux heures de pointe dans plusieurs gares, comme Châtelet-Les Halles, Gare du Nord et Denfert-Rochereau. En outre, du personnel sera installé aux heures de pointe aux stations de la ligne B pour « mieux orienter et étaler les flux de voyageurs sur l’ensemble du train à l’arrêt », indique Ile-de-France Mobilités. Un moyen de limiter les temps d’arrêts, déjà mis en place sur la ligne A et sur la ligne 13 du métro. La date de lancement de cette expérimentation n’a pas encore été annoncée.