«Gilets jaunes» à Paris: Un fourgon pénitentiaire «pris à partie» par des manifestants

HEURTS Samedi à Paris, un fourgon pénitentiaire a été visé par des manifestants « gilets jaunes » en marge de l'« acte 13 », sans faire de blessés…

20 Minutes avec AFP

— 

L'acte XIII des gilets jaunes a rassemblé des milliers de personnes à Paris. Près de l'assemblee nationale, des affrontements ont éclaté.
L'acte XIII des gilets jaunes a rassemblé des milliers de personnes à Paris. Près de l'assemblee nationale, des affrontements ont éclaté. — Eric Dessons/JDD/SIPA

Un pavé dans la vitre. Samedi vers 17 heures 30, un fourgon pénitentiaire qui ramenait un détenu en direction de la maison d’arrêt de Nanterre a été « pris à partie dans les rues de Paris par des manifestants "gilets jaunes" » en marge de l'«acte 13 », indique un communiqué du ministère.

Les faits se sont déroulés non loin des Champs-Élysées. « Un pavé a brisé la vitre arrière latérale droite, passant à quelques centimètres d’un surveillant. Plus grave encore, le chauffeur a dû effectuer une accélération d’urgence pour éviter un cocktail Molotov qu’un manifestant s’apprêtait semble-t-il à projeter en direction de la vitre explosée », rapporte le ministère.

Pas blessés mais des surveillants « choqués »

Les surveillants ne sont pas blessés mais « choqués », selon le communiqué, dans lequel la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, « condamne avec la plus grande fermeté cet acte violent dont les conséquences auraient pu être dramatiques » et « adresse son soutien aux fonctionnaires et au chauffeur qui ont su avoir les bons réflexes professionnels ».

Le ministère a indiqué que le parquet de Nanterre a été « saisi » de ces faits. Interrogé, ce parquet a cependant précisé dimanche soir ne pas avoir reçu de plainte et souligné que, au vu de la localisation de l’incident, le parquet de Paris était a priori compétent.

Samedi, 51.400 personnes selon le ministère de l’Intérieur, 118.222 selon le « nombre jaune », décompte réalisé par le mouvement, ont manifesté à travers la France pour l'« acte 13 ».