Grève du 5 février: A quelles perturbations s’attendre à Paris?

MANIFESTATION Un mouvement social est annoncé ce mardi à l’initiative de la CGT. Les écoles et certains sites touristiques tourneront au ralenti à Paris…

M.M

— 

La CGT appelle à la mobilisation ce mardi 5 février.
La CGT appelle à la mobilisation ce mardi 5 février. — VINCENT WARTNER / 20 Minutes

La CGT, qui s’oppose au grand débat national, a lancé une journée de mobilisation ce mardi 5 février, soutenue par Solidaires et des partis de gauche comme le NPA, le PCF et la FI. Après la dernière grève du 14 décembre, le syndicat appelle les salariés, retraités et fonctionnaires à manifester pour répondre au gouvernement avec des revendications comme la hausse du pouvoir d’achat ainsi qu’une meilleure justice fiscale.

Le cortège parisien partira à 14 heures de l’Hôtel de Ville pour se rendre place de la Concorde avec un passage rue de Rivoli.

Les transports publics assurés

Malgré un préavis de grève, la RATP annonce à 20 Minutes « un trafic normal sur l’ensemble du réseau » (métro, bus, tramway). Quelques stations pourraient être fermées le temps du passage du cortège parisien sur ordre de la préfecture.

Du côté de la SNCF, la situation est identique avec « un service normal » pour les Transiliens. Une mise à jour sera effectuée sur les réseaux sociaux et le site SNCF si la tendance était amenée à changer.

Ecoles et services scolaires

La mairie de Paris indique qu’un « service minimum d’accueil » va être assuré dans les écoles. Certaines cantines au ralenti proposeront « des raviolis et salades froides ». Dans d’autres écoles, le service ne sera pas effectué. Les enfants seront alors accueillis et encadrés par des animateurs et pourront apporter des repas froids.

Des sites au ralenti

La tour Eiffel a déjà prévenu que « l’accès des visiteurs pourrait être perturbé ».

La Bibliothèque nationale de France anticipe déjà en annoncant un risque de perturbation des services aux lecteurs, des ouvertures différées ainsi que des fermetures anticipées des salles de lecture. Tout comme les bibliothèques de La Sorbonne.

Avant même le bilan de cette journée de mobilisation, la CGT souhaite répéter ce mouvement toutes les semaines avec « les mardis d’urgence sociale ».