Neige en Ile-de-France: Vitesse, distance de sécurité… «Quand on roule sur la neige, on s’adapte»

SOCIETE Alban Pagnot, moniteur de pilotage automobile sur glace, donne à «20 Minutes» ses conseils pour conduire en toute sécurité en ce temps hivernal…

R.L.

— 

La neige arrive par l'ouest de la France, le 29 janvier 2019.
La neige arrive par l'ouest de la France, le 29 janvier 2019. — DAMIEN MEYER / AFP
  • Un regel généralisé est prévu sur l’Ile-de-France dans la nuit de mercredi à jeudi par Météo France.
  • «Il ne faut surtout pas vouloir brusquer la voiture», note Alban Pagnot, moniteur de pilotage automobile sur glace.

Vent, chutes de neige, la tempête Gabriel a traversé la France dans la nuit de mardi à mercredi. Six départements, (Aisne, Ardennes, Aveyron, Haute-Marne, Meuse et Nord), contre 43 au début de la tempête, étaient encore placés en vigilance orange mercredi à 10h00, uniquement pour le risque « neige-verglas », selon Météo-France, et ce jusqu’à jeudi minuit.

Alors que la circulation sur les routes franciliennes retrouve une situation normale ce mercredi soir, un regel généralisé est prévu sur l’Ile-de-France dans la nuit de mercredi à jeudi par Météo France, entraînant du verglas sur les chaussées. Méfiance, donc. Alban Pagnot, moniteur de pilotage automobile sur glace, organisateur de stage de conduite, livre à 20 Minutes ses conseils pour conduire en toute sécurité en ces temps hivernaux.

En cas de neige, de verglas, quels sont les premiers conseils que vous donneriez aux automobilistes ?

Premièrement de s’équiper. Aujourd’hui, trop peu de personnes sont équipées de pneus hiver. Ce pneu n’est pas utile uniquement sur la neige, mais à partir du moment où les températures passent en dessous de sept degrés. Au-delà de ça, il peut être utile d’avoir des chaînes ou des chaussettes au cas où on arrive à motricer. En région parisienne, où les voitures n’ont peut-être pas besoin d’avoir des pneus neige, on peut s’équiper de pneus mixtes. Mais ce sera toujours moins efficace que des pneus été, en été, et des pneus hiver, en hiver.

Et sur la conduite en tant que telle, que faut-il rappeler ?

Il faut bien augmenter les distances de sécurité puisque en règle générale les distances de freinage de l’asphalte à la neige sont multipliées par trois. Après, dans la manière de conduire, on entend souvent qu’il ne faut pas freiner brusquement. C’est une idée reçue. Il faut freiner, les voitures sont aujourd’hui équipées d’ABS, qui permet d’éviter le blocage des roues en cas de freinage. Donc en situation d’urgence, la pédale de frein est la seule qui pourra nous sauver la vie. Il ne faut pas hésiter à s’en servir. Si on entend que ça gratte dans la voiture, sur la pédale, c’est normal, c’est l’ABS qui est en action. Le freinage paraîtra plus long, car on a moins d’adhérence, mais il faut s’en servir. Enfin, il faut rester souple et être patient. Il faut conduire comme si on était sur des œufs. Il ne faut surtout pas vouloir brusquer la voiture.

En en ce qui concerne les feux, qu’est-ce qui est préconisé ?

En cas de forte neige, on peut mettre les feux de brouillard pour la visibilité. Mais tant qu’il ne neige pas ce n’est pas nécessaire. Au contraire, ça peut éblouir. Après, il ne faut pas hésiter à signaler une voiture en difficulté.

Il y a d’autres choses à retenir ?

Toujours adapter sa vitesse. Malgré l’équipement, la conduite suit les règles de la physique. On ne peut pas rouler à la même sur neige que sur l’asphalte. Que ce soit en ville, sur des petites routes ou l’autoroute, quand on roule sur la neige, on s’adapte.