Grand débat national à Paris: «La vidéo est un exercice inédit» pour y contribuer

INTERVIEW Dans le cadre du grand débat national, la mairie propose aux Parisiens d’apporter leur contribution en vidéo, ce vendredi dans l’hémicycle du Conseil de Paris, pendant 12 heures…

Marie de Fournas

— 

L’hémicycle du Conseil de Paris à l'hôtel de ville.
L’hémicycle du Conseil de Paris à l'hôtel de ville. — Tristan Reynaud/SIPA
  • La ville organise 12 heures de libre expression dans l’hémicycle du Conseil de Paris pour les Parisiens et les Parisiennes.
  • Une façon de leur permettre de contribuer au grand débat national.

La ville de Paris organise, ce vendredi, 12 heures de libre expression dans l’hémicycle du Conseil de Paris à l’Hôtel de ville. Une façon inédite de donner la parole aux Parisiens et leur permettre de contribuer au grand débat national. Pauline Véron, adjointe d’Anne Hidalgo chargée de la démocratie locale et de la participation citoyenne, est en charge de cette opération. Elle explique à 20 Minutes l’initiative.

Pauline Véron, adjointe à la mairie, chargée de la démocratie locale, de la participation citoyenne, de la vie associative et de la jeunesse.

Comment ces 12 heures de libre expression vont-elles se dérouler ?

Nous allons accueillir les Parisiens qui se sont préalablement inscrits sur Internet dans l’hémicycle du Conseil de Paris, lieu de démocratie avec une grande force symbolique. Cela se déroulera sur des tranches de deux heures de midi à minuit avec environ 160 personnes à chaque fois, comme le nombre de sièges. Elles seront assises à la place des élus et s’exprimeront à tour de rôle dans les micros pendant deux minutes. Leur intervention sera filmée par la caméra qui enregistre d’habitude les élus. Les vidéos seront ensuite postées sur la plateforme numérique du grand débat national au même titre que toutes les autres contributions.

Comment ces 12 heures seront-elles encadrées ?

Il n’y a aucun thème imposé. Les personnes sont entièrement libres de s’exprimer sur le sujet de leur choix. Nous n’avons fait que proposer un cadre. Quelques élus seront là pour venir écouter, saluer ou échanger avec les Parisiens entre deux créneaux. La maire de Paris, Anne Hidalgo, fera peut-être également un passage, mais personne ne prendra la parole, ou ne répondra. Il y aura simplement un modérateur pour faire respecter le temps de parole, assez court, pour que tout le monde ait le temps de parler.

Pourquoi avoir proposé ce format vidéo court ?

Il s’agit d’une brique supplémentaire dans le cadre du grand débat national, un moyen parmi d’autres de contribuer. C’est une forme intéressante pour des personnes qui seraient moins à l’aise à l’écrit pour rédiger une contribution sur le site ou prendre la parole dans une réunion publique. Et cela semble plaire car en deux jours, nous avons quasiment rempli tous les créneaux disponibles, soit près de 800 inscrits. C’est un exercice inédit, mais si cela fonctionne bien et que l’on voit que beaucoup de choses ont pu être abordées on pourra envisager de reproduire l’expérience pour d’autres sujets.