Paris: «Il faut un roi», «trop de trottinettes», ISF… On a lu des cahiers de doléances parisiens

SOCIETE Depuis quelques jours des cahiers de doléances sont mis à disposition des Parisiens et Parisiennes dans les mairies d’arrondissement…  

Romain Lescurieux avec Floréal Hernandez.

— 

Le cahier de doléances dans la mairie du 19e arrondissement.
Le cahier de doléances dans la mairie du 19e arrondissement. — R.LESCURIEUX / 20Minutes
  • Près de 500 communes d’Ile-de-France – sur près de 1.300 – ont d’ores et déjà ouvert ces registres.
  • Enjeux nationaux, logement, emploi, propreté, transports et même trottinettes… 20 Minutes a épluché ceux de quatre arrondissements parisiens.

Certains ont noté deux lignes, quand d’autres ont prérédigé leurs revendications pour coller les pages dans le cahier officiel. Depuis quelques jours, les mairies d’arrondissement de Paris ont mis en place dans leur hall d’entrée les fameux cahiers de doléances, de remarques et de propositions.

Près de 500 communes d’Ile-de-France – sur près de 1.300 – ont d’ores et déjà ouvert ces registres à la suite du mouvement des « gilets jaunes ». Et ce, dans le cadre du grand débat national lancé le 15 janvier dernier. Durant plusieurs semaines, les Parisiens sont invités à prendre la parole dans ces cahiers mis à leur disposition. Enjeux nationaux, logement, emploi, propreté, transports et même trottinettes… 20 Minutes a épluché ceux du 7e, 15e, 17e, et 19e arrondissements.

19e arrondissement

Le cahier du 19e compte 53 pages, ce jeudi 17 janvier. « Nous recevons entre 5 et 10 personnes par jour », indique-t-on en mairie. Ici, les revendications et préoccupations sont davantage locales et plutôt axées sur le logement. « Serait-il possible de contrôler les attributions de logements sociaux et échanges afin de satisfaire les demandes plus rapidement, sans attendre des années ? », questionne un habitant. Un autre déplore des conditions de vie « indignes ». Revient également dans ce cahier, « la place des personnes en situations de handicap dans la ville » et « le besoin de solutions pour les sans-abri et les migrants » ou encore « le racisme latent »

La revendication en plus : « Il y a trop de trottinettes : problème relatif à la sécurité routière », écrit un habitant. Un sentiment partagé par un autre : « Il serait temps de prendre des mesures afin de laisser le trottoir aux piétons. Trop de vélos, de trottinettes et de scooters en sortant des immeubles ».

17e arrondissement

Dans cet arrondissement, une urne a été installée depuis le 19 décembre. Il y a eu plus de 300 retours papier et web, indique la mairie. La fiscalité revient notamment régulièrement. Selon la mairie, « certains demandent que tout le monde paie un minimum d’impôts, la baisse des dépenses publiques, moins de ministres et de secrétaires d’Etat, la mise à plat de tous les avantages des élus en dehors de leurs indemnités ou encore l’alignement des régimes de retraite du public et du privé ».

La revendication en plus : La propreté dans l’arrondissement est un thème souvent abordé. Un thème que porte le maire d’arrondissement Geoffroy Boulard. Il a proposé en conseil de Paris à titre expérimental que les maires d’arrondissement gèrent la propreté de ceux-ci et fait plusieurs actions anti-rats.

7e arrondissement

Le cahier qui a été mis en place le 10 janvier compte 21 revendications, confirme la mairie. On y trouve « la reconnaissance du vote blanc », « la réduction du nombre de parlementaires et de sénateurs » voire « la suppression du Sénat » ou encore « l’organisation de référendums locaux ». Mais aussi « l’arrêt de prier dans les rues et parler français » ou encore « le contrôle de l’immigration ». « Doivent être supprimés les avantages accordés aux anciens présidents qui sont redevenus de simples citoyens », note aussi un habitant de l’arrondissement.

La revendication en plus : « Il faut un roi. La nation a besoin d’une incarnation enracinée dans le temps et au-dessus des partis. Les élections présidentielles tous les cinq ans coûtent et divisent les Français. Le chef de l’Etat doit incarner l’union au-delà des clivages. C’est donc un roi qu’il faut pour cela. »

15e arrondissement

Ici, le premier cahier ouvert tout début janvier est quasiment rempli. On y retrouve des revendications d’ordre nationales. « Il faut le rétablissement de l’ISF, la mise en place du RIC, la prise en compte du vote blanc, la réévaluation des retraites » ou encore « l’augmentation du SMIC ». A côté du cahier, Annie, retraitée, compte le remplir prochainement « pour ses enfants et petits enfants » en matière « d’emploi et de sécurité ».

La revendication en plus : « A propos de la lettre de Monsieur Macron, je pense que ce courrier correspond à un niveau de connaissances de sciences politiques, que la plupart des gens ne possèdent pas. Il faut parler le langage du peuple », écrit un habitant du 15e.