Paris: «35 stations de métro marquées par une présence de toxicomanes»

SOCIETE La présidente de la région Ile-de-France et d’Ile-de-France Mobilités, Valérie Pécresse a fait un déplacement ce mercredi matin sur la ligne 12, au départ de la Porte de la Chapelle…

Romain Lescurieux

— 

Valérie Pécresse ce mercredi matin
Valérie Pécresse ce mercredi matin — R.LESCURIEUX / 20Minutes
  • Il y a un an, des associations avaient tiré la sonnette d’alarme après des incidents liés à la consommation de crack dans le métro.
  • « La présence humaine est indispensable pour assurer la sécurité », indique Valérie Pécresse.

« C’est la guerre des nerfs. Dès qu’on relâche l’attention, ça reprend », s’exclame Catherine Guillouard, présidente-directrice générale du groupe RATP, ce mercredi matin sur le quai de la station Porte de la Chapelle (18e). A ses côtés, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, accompagnée de nombreux représentants des transports, de politiques, d’associations et de forces de sécurité, a tenu à faire « un point sur la lutte contre les trafiquants et la toxicomanie », en particulier sur les lignes 4 et 12.

En janvier 2018, l’association SOS Usage et le syndicat Unsa RATP avaient tiré la sonnette d’alarme après des incidents sur ces lignes liés à la consommation du crack. Dans un tract, l’organisation syndicale dénonçait une augmentation des agressions sur ces lignes et appelait les autorités à se saisir de la situation. Valérie Pécresse avait alors appelé au déploiement de davantage de policiers et d’agents de sécurité. Un an après, où en est le phénomène ?

« La ligne 12, c’est 43 % des signalements »

« En 2018, nous avons identifié 35 stations marquées par une présence de toxicomanes. Et nous y mobilisons beaucoup d’effectifs », affirme Stéphane Gouaud, directeur sûreté à la RATP, sans préciser le nom de celles-ci. Trois lignes sont particulièrement concernées: 4, 5 et 12. Une action coordonnée avec la Brigade des réseaux ferrés (BRF). « Nous avons des équipes en civil qui viennent compléter des unités spécialisées dans la lutte contre le crack. Après nous arrivons à canaliser mais pas à éradiquer le phénomène », précise le chef adjoint de la BRF, Thierry Hué-Lacointe.

Selon la RATP, la ligne 12 représenterait à elle seule, 43 % des signalements liés à la présence de toxicomanes. « Un chiffre en baisse », souligne Catherine Guillouard, avançant -11 % de signalements aujourd’hui sur l’ensemble du réseau et -23 % sur la ligne 12. Par ailleurs, la BRF et le parquet de Paris auraient permis en 2018 plus de 500 interpellations d’usagers de drogue sur le réseau RATP, se félicite le groupe.

« Nous avons lancé le recrutement d’agents »

Pour Valérie Pécresse, il faut continuer. « Les lignes de métro, surtout les lignes 4 et 12 font l’objet d’un plan d’actions spécifique de lutte contre le trafic et la toxicomanie en lien étroit avec le parquet de Paris, avec une présence policière en civil renforcée et une coordination avec les agents RATP. […] Nous avons lancé le recrutement d’agents de sûreté et médiation en plus dans les transports dont 100 pour la RATP », affirme Valérie Pécresse.

Et de préciser : « Nous sommes tous mobilisés ensemble pour lutter contre les trafiquants et toxicomanes dans le métro et apporter des solutions à la fois répressives mais aussi sociales, en développant des maraudes avec les équipes RATP et les associations ». Car la réponse n’est pas que « répressive », répètent Catherine Guillouard et Valérie Pécresse.

Structures qui ferment et ligne « clean » pour l’occasion

« L’idée est de prendre en compte les personnes qui sont dans nos espaces. On fait des maraudes avec quatre associations – Aurore, Charonne, Nova Donna et Gaïa – quatre fois par semaine. Cela a permis de prendre en charge thérapeutiquement 244 personnes, dont 22 % de femmes », détaille Catherine Guillouard. « Nous allons vers eux et nous les invitons à rejoindre les structures adaptées. Celles qui existent encore. Notre structure située porte de la Chapelle a par exemple dû fermer », déplore une membre de l’association Charonne. La région assure soutenir la pérennisation de ce travail aux côtés des associations et fait partie des nouveaux financeurs à hauteur de 23.000 euros. En fin d’après-midi, certains internautes critiquaient ce déplacement.

« En tant qu’utilisateur quotidien de la Ligne 12, je ne constate aucune amélioration, nous sommes même nombreux à constater une dégradation », affirme un internaute sur Twitter. « J’étais agréablement surpris par le fait que Marx Dormoy était clean ce matin. Je comprends mieux pourquoi… », ironise un autre, en faisant référence à ce déplacement en grande pompe.