Pistes cyclables à Paris: «51% d’avancement en 2020, ce n’est pas assez mais c’est un progrès»

TRANSPORTS L’association Paris en Selle a présenté ce mardi son bilan de l’année du vélo en 2018 et les perspectives pour 2019…

R.L.

— 

La circulation à vélo dans Paris
La circulation à vélo dans Paris — JPDN/SIPA
  • En 2015, la mairie avait lancé Plan Vélo dont l’objectif était de doubler le nombre de kilomètres de pistes cyclables (de 700 à 1.400 km).
  • « 2018 a été l’année où le vélo est devenu autre chose qu’un jouet. C’est désormais un enjeu politique », a expliqué Charles Manguin.

« 2018 : année historique pour le vélo à Paris ». C’est avec ce titre que l’association Paris en Selle a donné ce mardi une conférence de presse. Au programme : présentation des perspectives pour 2019 et du bilan de l’année du vélo en 2018. Et pour cause.

Transition velib' travaux et livraison de nouvelles pistes cyclables sur Rivoli, Voltaire, Quai d’Austerlitz ou les Champs-Elysées… L’année 2018 a été riche en sujets vélo à Paris et dans sa métropole. L’occasion aussi de faire le point sur le Plan Vélo 2014-2020 de la mairie de Paris avec la mise en place de davantage de pistes cyclables.

« L’objectif ne sera pas atteint »

« Après deux années compliquées », Paris en Selle constate que la mairie a « enfin mis les bouchées doubles » pour développer le vélo. Selon l’association, 23 % des aménagements cyclables prévus dans le Plan Vélo ont été livrés, contre 13 % il y a un an. « On a enfin eu sur le plan vélo le changement de braquet qu’on attendait depuis longtemps », a commenté devant la presse, Charles Maguin, président de Paris en Selle. Toutefois, ces progrès restent insuffisants.

En 2015, la mairie avait lancé ce plan dont l’objectif était de doubler le nombre de kilomètres de pistes cyclables (de 700 à 1.400 km) et de faire passer la part des trajets effectués à vélo de 5 % à 15 % d’ici à 2020. De son côté, Paris en Selle a lancé il y a deux ans l’observatoire du Plan vélo afin de suivre l’avancement de ses promesses phares de la mandature d’Anne Hidalgo.

Aujourd’hui, concernant les aménagements cyclables, « il y a trop de retard, l’objectif ne sera pas atteint », répond Charles Maguin. L’association estime qu’un seuil de 51 % pourrait être atteint à la fin du mandat d’Anne Hidalgo en 2020 « si la dynamique se poursuit » y compris « en période électorale ». « 51 % d’avancement, ce n’est pas assez mais c’est un progrès satisfaisant. Cela restera un bon boulot pour la ville de Paris », ajoute le président de l’association.

« Un enjeu politique »

Par ailleurs, Paris en Selle se félicite que la priorité ait été donnée à l’avancement du Réseau Express Vélo (REVe), qui sera réalisé à plus de 75 % d’ici 2020, avec la livraison de pistes cyclables très attendues et décisives pour développer l’usage du vélo. Notamment, les quais hauts en rive gauche de la Seine entre Issy-les-Moulineaux et Ivry sur Seine, la traversée est-ouest de la Rive droite entre Porte Maillot et Bastille à travers des axes emblématiques (Rivoli, Champs-Élysées, Grande Armée) ou encore la traversée nord-sud de la rive droite entre Châtelet et la Porte d’Aubervilliers.

Désormais, « nous sommes dans un basculement », a tenu à conclure Charles Maguin. Et de préciser : « 2018 a été l’année où le vélo est devenu autre chose qu’un jouet. C’est désormais un enjeu politique ». Il est fort à parier que le sujet vélo sera en effet central dans la campagne des ​municipales 2020 dans la capitale.​