«Big Bang» de la tarification des transports: Elus et internautes parisiens réagissent aux annonces

TRANSPORTS Le passe Navigo sera notamment gratuit pour les enfants parisiens de moins de 11 ans...

Romain Lescurieux

— 

Une rame de métro à Paris. (Illustration)
Une rame de métro à Paris. (Illustration) — ISA HARSIN/SIPA
  • Au total, 23 mesures sont préconisées dans un rapport intitulé «Pour un Big Bang de la tarification des transports dans le Grand Paris ».
  • Ces annonces divisent au sein des élus et des internautes interrogés par «20 Minutes».

« C’est un bon début mais il convient de rendre les transports publics gratuits pour tous en échange d’un péage urbain dans le secteur des Champs-Elysées », affirme un internaute de 20 Minutes. « C’est sympathique et appréciable mais sans conséquence sur l’environnement pour être honnête », abonde un autre en réaction aux récentes annonces d'Anne Hidalgo. Et pour cause.

« A la suite du rapport que j’ai demandé sur la gratuité des transports, j’ai pris la décision avec ma majorité de procéder à un véritable “big bang” de la tarification des transports dans le Grand Paris », a déclaré ce jeudi Anne Hidalgo, lors de ces vœux. Passe Navigo gratuit pour les Parisiens handicapés de moins de 20 ans (coût estimé à 2,6 millions d’euros par an), gratuité des transports pour les moins de 11 ans (5 millions d’euros), remboursement de 50 % de l’abonnement des collégiens et lycéens parisiens (7,1 millions d’euros) et prise en charge de l’abonnement Vélib pour les 14-18 ans disposant d’un abonnement Imagine R ou Navigo (0,2 million d’euros), ce sont les quatre premières mesures qui seront mises en place au 1er septembre.

«S’agissant des handicapés, c’est à mon avis le moindre des devoirs de la communauté de leur venir en aide. J’estime même que la limitation à l’âge de 20 ans de cette mesure d’exonération ne se justifie pas. Tous les handicapés devraient pouvoir bénéficier de ce droit», estime un lecteur de 20 Minutes sur WhatsApp. C'est déjà le cas. Lors de ses vœux, Anne Hidalgo avait annoncé la gratuité du passe Navigo, sous condition de ressources, pour les Parisiens de plus de 65 ans au 1er juin 2018. Une mesure dont allait profiter également  les personnes handicapées sur les 5 zones du réseau.

Les mesures de gratuité de la maire de Paris n’ont pas manqué de faire réagir les élus parisiens.

« Démagogique », « décisions historiques »

« Sans concertation avec Ile-de-France Mobilités, l’application de ces mesures sera difficile. Ainsi, comment faire la différence entre un enfant parisien et un enfant francilien lors des contrôles des titres de transport ? », questionne le groupe LRI (Les Républicain et Indépendants) qui juge l’annonce « démagogique et inefficace ». « Les moins de 18 ans font une grande partie de leurs trajets à pied aujourd’hui ou utilisent déjà les transports en commun. L’impact sur la réduction de la circulation et de la pollution sera donc nul », concluent les élus.

« C’est une victoire historique pour les familles parisiennes et pour la jeunesse. Avec ces mesures de gratuité, notre majorité démontre qu’elle entend les problématiques qui agitent l’actualité et affectent particulièrement les jeunes et les familles de la capitale, en leur redonnant du pouvoir d’achat. Nous démontrons qu’il est possible de déployer des politiques publiques écologiques qui sont socialement justes », affirme Nicolas Bonnet Oulaldj, président du groupe PCF-FG au Conseil de Paris. Au total, ces quatre premières mesures, se chiffrent à 5 millions d’euros en 2019, et à 15 millions en année pleine, estime l’entourage de la maire.

« La montagne a bien accouché d’une souris »

« Chacun savait, avant cette étude, que la gratuité totale des transports en commun était une chimère compte tenu de son coût exorbitant », commente Jérome Dubus, Porte-parole du groupe Parisiens Progressistes, Constructifs et Indépendants (PPCI). « Anne Hidalgo bat donc en retraite pour proposer un retour à notre proposition de tarification sociale beaucoup plus pertinente », poursuit-il.

Et de préciser : « Quant à la gouvernance, confier la responsabilité des transports en commun de la zone dense à la métropole du Grand Paris ne ferait que rendre la gestion plus complexe et sûrement plus coûteuse pour les contribuables Franciliens. Oui, la montagne a bien accouché d’une souris ».