Paris: «J'ai toujours pressé le pas en le voyant»... Un homme avec une couronne fait peur aux femmes dans le métro

HARCÈLEMENT Des femmes dénoncent, depuis plus de deux ans, la présence d’un individu supposément dangereux dans le métro parisien, sans résultat…

Justine Guitton-Boussion

— 

Selon une enquête publiée en 2018 par l'Ined, 43% des faits de violences graves à l’encontre des femmes se déroulent dans les transports en Île-de-France.
Selon une enquête publiée en 2018 par l'Ined, 43% des faits de violences graves à l’encontre des femmes se déroulent dans les transports en Île-de-France. — MASTAR/SIPA
  • Sur Twitter, des femmes dénoncent régulièrement, depuis deux ans, l'attitude d'un homme qui harcèlerait et essaierait d'embrasser de force des femmes dans les couloirs du métro parisien.
  • La RATP a connaissance du problème et assure le prendre au sérieux. Mais ses agents ne peuvent rien faire si aucune plainte n'est déposée.
  • Face au manque d'actions concrètes, certaines femmes sont inquiètes et souhaitent s'organiser entre elles. Un numéro d'urgence commun à la RATP et à la SNCF existe, pour signaler une agression sexuelle dans les transports : le 31117.

Il est 17h40 lorsque Charlie*, 19 ans, sort son téléphone pour tweeter, le 2 janvier 2019. Une seule phrase, concise : « Le mec à la couronne BK est à Châtelet, à la sortie du tapis roulant, direction ligne 7. » Il ne s’agit pas d’un message codé, mais d’une alerte destinée à toutes les femmes empruntant les transports en commun parisiens.

Depuis 2017, ce genre de tweet est récurrent. Les utilisatrices dénoncent chaque mois, voire chaque semaine, la présence d’un homme en particulier, qui harcèlerait et tenterait d’embrasser de force des femmes dans le métro. Des témoignages de ses victimes présumées ont été partagés sur Internet. L’individu accusé est facilement reconnaissable : jeune, mince, il porte sur la tête une couronne en plastique du fast-food Burger King (BK), et tient dans ses mains une pancarte siglée « Kiss me, I’m the king ». Des photos de lui circulent même sur les réseaux sociaux.

L'individu est régulièrement pris en photo par les internautes.
L'individu est régulièrement pris en photo par les internautes. - Capture d'écran Twitter

Bien connu des usagers du métro, il a également une petite notoriété sur des forums comme Reddit et Jeuxvideo.com. Selon les internautes, il serait le même homme qui distribuait en 2017 des affichettes dans les stations, où il annonçait rechercher une « fille amusante et disponible » pour aller au restaurant.

La RATP a connaissance du problème

« Il ne m’a jamais approchée car je savais qui il était grâce aux réseaux sociaux, raconte Charlie. J’ai toujours pressé le pas en le voyant. » Le 2 janvier, elle décide de tweeter en l’apercevant, pour prévenir ses abonnés. Le compte de la RATP lui répond 42 minutes plus tard : « L’agent vient de m’appeler, il n’a vu personne ! » L’individu a encore filé. « La RATP fait son maximum selon leurs dires mais ce n’est pas assez, déplore Charlie. Quarante minutes pour envoyer quelqu’un, c’est trop peu. »

La RATP assure avoir connaissance du problème, et être complètement engagée dans la lutte contre le harcèlement dans les transports. La compagnie garantit avoir envoyé un agent sur place dans les dix minutes suivant le tweet de Charlie : il aurait cherché l’individu, en vain, avant de rentrer et de prévenir le compte Twitter de la RATP. D’où le temps de réponse.

Contacter un des 5.300 agents de station

Une grande campagne de communication avait été réalisée au mois de mars 2018 par la compagnie. Des outils sont mis à disposition. Contacté par 20 Minutes, la RATP donne ses conseils : « Si vous êtes témoin ou victime d’agression sexuelle, vous pouvez contacter un des 5.300 agents de station, utiliser une borne d’appel présente sur les quais et dans certaines rames, ou utiliser le numéro d’urgence 31117 par appel ou SMS. »

La RATP encourage toutes les femmes victimes de harcèlement à porter plainte. Car le problème est là : si les agents de la RATP peuvent accompagner une victime et la rassurer, ils sont en revanche dans l’incapacité d’interpeller un agresseur présumé (sauf s’il y a flagrant délit). Ce rôle revient aux forces de l’ordre, qui si elles ne sont pas déjà sur place, ne peuvent intervenir qu’à la suite d’une plainte.

Selon la RATP, à l’heure actuelle, même si le compte Twitter reçoit de nombreux signalements, aucune plainte n’a été officiellement déposée contre l’homme auprès d’un agent de la compagnie. Sollicité par 20 Minutes, le parquet de Paris dit « ne jamais avoir entendu parler de cette affaire. »

Un sentiment de peur et d’impuissance

« Je n’ai heureusement jamais été agressée par cet homme, mais je l’ai croisé une fois, en 2016, sur la ligne 14 en allant en cours, confie Clara, 21 ans. Je suis allée voir un agent au guichet en essayant de lui expliquer la situation. On m’a répondu que ce n’était pas de leur ressort, et que de toute façon il ne faisait de mal à personne. » Camille, une autre jeune femme de 26 ans, se sent également impuissante : « Ce monsieur m’a approchée plusieurs fois, se souvient-elle. Il a essayé de me bloquer le passage. J’ai immédiatement sorti le majeur en lui criant de ne pas m’approcher. J’ai fui, il me fait peur. »

Selon Charlie, le manque d’actions concrètes de la RATP contre cet homme « traduit un problème plus large et sociétal. Très peu de plaintes pour agression sexuelle ont des suites, elles ne sont pas prises au sérieux ». Face à l’absence d’actions concrètes contre cet homme, certaines femmes veulent s’organiser et proposent de créer un hashtag spécifique grâce auquel où elles pourraient relayer les tweets sur cet homme. « J’ai peur que les gens aient envie de faire justice eux-mêmes », s’inquiète Charlie.

*Le prénom a été modifié à la demande de l’intéressée