RER E: 850 passagers bloqués dans le tunnel pendant près d'une heure

TRANSPORTS Une panne entre Pantin et Magenta...

Emma Defaud

— 

Une photo du RER E en panne envoyée par un internaute
Une photo du RER E en panne envoyée par un internaute — dr

Comme le dernier chapître d'une journée noire dans les transports franciliens. Mardi soir, 850 sont restées coincées dans le RER E pendant plus de trois quarts heure, entre Pantin et Magenta (Gare du Nord).

Retrouvez ci-dessous vos photos, vos témoignages et vos vidéos envoyés par MMS 333 20 ou par mail au 33320 @ 20minutes.fr

A 20h25, une rame du RER E est tombée en panne à l'approche de la gare de Magenta, selon Jean-Marc Durand, responsable SNCF de la gare Magenta. Le trafic est interrompu pendant deux heures. Deux rames restent bloquées dans le tunnel.

Le scénario de l'intervention

Pendant quarante-cinq minutes, 850 passagers ont attendus les secours bloquées à l'intérieur des rames, avec pour seul éclairage les lumières de secours. Certains d'entre eux parviennent à s'extraire des wagons en forçant l'ouverture des portes, alors que les agents de la SNCF ne pénètrent dans le tunnel qu'à 21h05.

Les pompiers, prévenus à 21h19 selon le commandant Florent Hivert, interviennent peu après. Un camp de secours est installé sur le quai. Les passagers sont escortés et parcourent sur les rails les 400m qui les séparaient de la station. Il ne leur restaient plus qu'à... trouver un train pour rentrer chez eux. Pas simple si l'on en croit ce témoignage qu'un internaute nous a envoyé au 33320.


Touni: «J'ai été dans le RER E de 20h22 au départ de Saint-Lazare à Gare du nord. Il n'y avait aucun souci, mais au départ de Gare du nord le train est allé a une très lente allure et il marqué plusieurs arrêts jusqu'à l'arrêt total qui à duré 45 minutes les plus longues de ma vie je crois... Je vous explique ce qui c'est réellement passé: Nous n'avons pas eu de réelle information nous attendions jusqu'à qu'il n' y ait plus d'air respirable on étouffait, il y avait une chaleur atroce et nous ne savions pas combien de temps nous allions attendre dans cette chaleur les minutes étais interminable... Dans le wagon où je me trouvais nous avons donc dû ouvrir les portes pour avoir un peu d'air, des passagers sont descendus pour rejoindre la Gare du nord, sans l'autorisation ou la demande des pompiers qui sont arrivé bien après et qui nous ont demandé d'évacuer le train... Nous n'avons pas eu d'information par le chauffeur une fois c'était les signalisations qui ne marchait pas et l'autre fois c'était une personne qui avait tiré la sonnette d'alarme nous étions dans l'ignorance totale jusqu'à être descendu du train. Nous sommes donc descendu et nous avons marché jusqu'à la gare du nord et c'était la fin d'un horrible cauchemar enfin.»
Deux premières vidéos:






Vous nous avez également envoyé des vidéos dès mercredi matin. Pas toujours de grande qualité, mais qui expriment bien, comme celle-ci l'état d'esprit des passagers:


Et quelques témoignages de plus...

Olivier:
«J'étais dedans. Après l'arrêt sous le tunnel, le premier message du conducteur, incompréhensible, a fait rire mon voisin. Quarante minutes plus tard, il ne riait plus du tout, et nous avons entendu le bruit étrange des dalles qui longent la voie sous les pas des gens qui étaient descendus de leur propre initiative. Le conducteur nous a alors dit d'évacuer le train par le côté opposé aux voies et de marcher en direction de Magenta. Il fallait s'assoir sur le bord de la porte et sauter d'un peu plus d'un mètre. Les gens exhortaient une dame qui leur répondait: «Mais je ne peux pas plier les jambes, j'ai de l'arthrose.» Nous l'avons soutenu sous les épaules et un costaud l'a réceptionnée en bas. Elle était tellement soulagée qu'elle a failli oublier son sac. Deux files indiennes de part et d'autre du tunnel se sont mises en route. «Magenta, 440 mètres». Les impatients marchaient au milieu des voies. Un pompier a voulu en ramener un sur le côté, il a failli se faire taper dessus.
A la gare du Nord le haut parleur disait que l'on trouverait un train à la gare de l'Est, à la gare de l'Est un écran affichait que des gens marchaient sur les voies du côté de Pantin ce qui perturbait le trafic et il n'y avait pas de train, dans le métro un écran laissait supposer une légère reprise du RER A, à Chatelet les Halles pas de trace de RER A je suis allé au chateau de Vincennes prendre le bus 124. 5 heures pour rentrer.»

Marie: «On était tout juste parti de Magenta que le RER s'arrête en plein tunnel. D'abord un message du conducteur (inaudible!) puis la voix-off nous disant que l'arrêt était nécessaire. Un nouveau message du conducteur nous dit que la machine est en panne, quelle machine? Un peu plus tard nous étions bloqué pour «une durée indéterminée», je cite. J'ai pris mon mal en patience et ai commencé à faire une bataille avec une amie. Quelques personnes du wagon ont commencé à ouvrir les portes (bien que défendu d'après les messages du conducteur) pour s'aérer, c'est vrai qu'il faisait énormément chaud et que les wagons étaient pleins ! 10 minutes plus tard on nous dit qu'un train va venir nous chercher. Chouette! sauf que vu le monde qui était descendu sur le coté, ils ont sans doute préféré nous évacuer côté gauche du RER'. et là, mouvement de foule, tout le monde descend une grande marche, quelques hommes bien gentils nous ont aidé à descendre car pour ma part j'avais plus de 10kg de bagages, il y avait une femme enceinte et quelques dames âgées. Nous étions tous tassés sur le côté, on se sentait très oppressés ! on restait immobiles car les gens ne savaient pas dans quelle direction aller alors ça criait pour leur dire et des personnes sans doute de la SNCF se déplaçaient pour leur annoncer. D'autres ont préféré aller sur le côté opposé. Ça allait plus vite, et c'est ce que j'ai fais au bout d'un moment.
après quelques nombreux pas douloureux avec tous mes bagages, on croise une autre rame de RER elle aussi bloquée. Dedans, des femmes faisaient des malaises et les pompiers tentaient de les rassurer. Au bout du tunnel, des gens assoiffés (moi y aussi), les CRS, les pompiers et un brouhaha pas possible. j'ai demandé ma route pour rentrer et on m'a répondu «le RER A est suspendu pour le moment, le E aussi, il faut aller à gare de l'Est mais avec le monde qui s'est dirigé là-bas, c'est le bazard!» j'ai préféré prendre le RER D et attendre qu'on vienne me chercher à gare de Lyon! Au total j'aurai passé plus de 2h sous ce tunnel interminable!»

Ania: «J'habite à Bussy et hier je n'ai pas pu prendre le RER A. Je me suis rabattue sur la ligne RER E. Déjà le matin le RER a eu problème, nous avons attendu 40 minutes entre deux gares au niveau de Pantin dans une chaleur incroyable. J'arrive au bureau avec 1h30 de retard. Je repars donc le soir plus tard et prends le train de 20h19 à St-Lazare. Le train passe à Magenta puis s'arrête presque au bout du tunnel de Magenta. Tout d'abord le conducteur nous dit qu'il y a un problème de signalisation. Puis 20 minutes plus tard problème d'alarme et au bout de 40 minutes d'attente dans la chaleur le conducteur nous annonce que la machine est en panne et qu'un train va nous dépanner. Déjà les passagers ouvrent les portes pour respirer. On entend du bruit à l'extérieur et des passagers commencent à s'énerver et descendent dans le tunnel. Le conducteur après 50 minutes d'arrêt nous dit qu'on va évacuer le train mais qu'il faut attendre le personnel SNCF d'évacuation - encore attendre !! Finalement le conducteur nous demande de descendre. 1 mètre à sauter, que de la pénombre. Certaines personnes ont des crises d'angoisse, d'autres se foulent la cheville en descendant. Ensuite on est tous serrés entre le train et le tunnel, on ne sait pas de quel côté avancer. Certains passent de l'autre côté du train pour marcher de l'autre côté du tunnel. On croise des pompiers venus aider les mamans, les personnes âgées et les blessés. On marche à la queue-leu-leu pendant 40 minutes à petit pas le long du tunnel, dans le noir, sur un tout petit passage. On suffoque sous la chaleur. Arrivés au bout du tunnel les CRS nous accueillent et nous disent de quitter la gare. Moi malheureusement j'ai mal entendu et compris qu'il y aurait un accueil en haut de la gare et quand on sort de la gare Magenta personne. Pas une personne de la SNCF. Ne pouvant pas prendre le RER A j'ai demandé à de la famille de venir me chercher. Je suis vraiment furieuse de cette journée de galère dans les transports!»

Marie:
«Pour ma part, j'étais à gare de l'est vers 22h30 hier le 01/07/08 et tout le trafic était interrompu. Beaucoup de personnes attendaient déjà depuis 1 à 2 heures.
Nous avons attendu pendant 1h30 pour un départ à 23h00 avec pendant cette période d'attente une communication plus que légère:
-suite à des personnes sur les voies le trafic est interrompu
-le trafic va reprendre dans 15 minutes...»

Le dispositif de secours mis en place comptait une centaines de sapeurs-pompiers et une dizaine de véhicules de la Croix-rouge. «En définitve, beaucoup de moyens pour pas grand-chose», reconnaît le commandant Florent Hivert, des sapeurs-pompiers, interrogé par 20minutes.fr. Au final, les secours ont dû opérer une quinzaine d'interventions sur personnes, pour un bilan de cinq blessés légers (entorses, chaleur et stress).

Vous êtes très nombreux à nous écrire et à nous envoyer des photos témoignant de vos galères de transport ce mardi. Continuez à le faire: l'actu se construit avec vous.

Vous pouvez commentez-ci dessous ou nous envoyer photos et vidéos par MMS au 33320 ou par mail au 33320 @ 20minutes.fr.

Pour découvrir tous les témoignages des internautes, cliquez ici.