Paris: Les festivités du 31 décembre sur les Champs-Elysées parrainées par Monoprix passent mal

SOCIETE Une délibération a été votée au dernier Conseil de Paris permettant une convention de parrainage avec Monoprix à l’occasion du spectacle du 31 décembre sur les Champs-Elysées…

Romain Lescurieux

— 

Feu d'artifice sur les Champs-Elysées le 31 décembre 2017.
Feu d'artifice sur les Champs-Elysées le 31 décembre 2017. — Olivier MORIN / AFP
  • Monoprix aura son logo et ses visuels sur différents supports, en amont et lors du passage à la nouvelle année.
  • « Je suis inquiet de tous ces gros groupes qui se saisissent du moindre mètre carré dans la capitale », estime Nicolas Bonnet Oulaldj, président du groupe communistes-Front de Gauche au Conseil de Paris.

Spectacle, feu d’artifice et… grande enseigne. Une délibération a été approuvée au dernier Conseil de Paris – qui s’est déroulé mi-décembre – permettant une convention de parrainage avec Monoprix à l’occasion du spectacle du 31 décembre sur les Champs-Elysées, alors que l’entreprise a récemment rouvert un de ses magasins sur la plus belle avenue du monde.

Pour des dizaines de milliers d’euros, le groupe aura donc son logo et ses visuels sur différents supports, en amont et lors du passage à la nouvelle année. Une décision qui passe mal auprès de différents groupes politiques de la capitale qui n’ont pas hésité à voter contre.

« Le réveillon du nouvel an des lobbys »

« Après Michel & Augustin au parc Monceau, après les Catacombes pour le Halloween d’Airbnb, après la place de la République vendue à Europacity, après le Châtelet sponsorisé par Total et en attendant les champions olympiques Coca et McDo, Anne Hidalgo frappe encore pour le réveillon du nouvel an des lobbys », déplore Danielle Simonnet, conseillère de Paris France insoumise.

« Pour la modique somme de 50.000 euros, le magasin, qui a inauguré il n’y a pas si longtemps un magasin ouvert jusqu’à minuit semaine comme dimanche, verra son logo sur tous les supports de communication de l’événement, qui coûtera au moins 500.000 euros, hors sécurité », ajoute-t-elle.

« Nous ferions mieux d’aider les petits commerçants »

Le groupe écolo de Paris aussi critique ce partenariat. « Monoprix du groupe Casino décroche une belle opération de com' sur le dos de la ville. Pas chère : 50 000 euros ! Im-bat-ta-ble », a tweeté David Belliard, président du groupe des élu-e-s écologistes au Conseil de Paris. De son côté, Nicolas Bonnet Oulaldj, président du groupe communistes-Front de Gauche, et chef de file pour les municipales de 2020, fustige aussi cette décision.

« Nous ferions mieux d’aider les petits commerçants et artisans parisiens. Là, il y a un risque de défiguration de Paris avec ce type d’initiative qui sert principalement l’image de Monoprix », estime-t-il. « Au-delà de ça, je suis inquiet de tous ces gros groupes qui se saisissent du moindre mètre carré dans la capitale. Ça ne donne pas un bon signal », conclut-il. Du côté de la mairie, on tente de déminer le terrain.

« Ce n’est ni la première, ni la dernière fois »

« Depuis un certain nombre d’années, que ce soit pour des événements culturels ou festifs à Paris, nous avons recours au mécénat ou sponsoring. Ce n’est ni la première, ni la dernière que nous le faisons sur un événement populaire, créatif et artistique, comme ce spectacle du 31 décembre », se défend Frédéric Hocquard, adjoint à la maire de Paris chargé de la vie nocturne et de la diversité de l’économie culturelle.

Et d’ajouter : « Le sponsoring c’est normal, ça permet aussi de pas payer intégralement ces événements et mettre ainsi nos finances ailleurs. Ce ne sera pas une projection de type “Zidane Président” sur l’Arc de Triomphe, ça reste un partenariat encadré par la convention. »