Les maires se justifient sur le logement social

LOI SRU Les «mauvais élèves» du logement social seront-ils verbalisés? Pas sûr, nous confiait jeudi le vice-président (PS) de la région en charge du Logement, Jean-Luc Laurent, après la publication des «constats de carence». Ce document dévoile les 83 co...

C. B. et S. C.

— 

Logement social
Logement social — Sipa

Les «mauvais élèves» du logement social seront-ils verbalisés? Pas sûr, nous confiait jeudi le vice-président (PS) de la région Ile-de-France en charge du Logement, Jean-Luc Laurent, après la publication des «constats de carence». Ce document dévoile les 83 communes franciliennes qui n'ont pas atteint les objectifs de construction de logements sociaux fixés par la loi SRU pour la période 2005-2007. «Soixante-dix-sept de ces communes n'ont même pas atteint 80% de l'objectif fixé et pourraient être punies, précise l'élu. Certaines circonstances atténuantes seront entendues, tels que les recours contre les permis de construire. Mais trop d'élus se réfugient derrière le manque de foncier, souvent à tort.» Revue de quelques mauvais élèves interrogés par «20 Minutes».

· Au Raincy (Seine-Saint-Denis), qui n'a réalisé que 27% de l'objectif assigné pour la période 2005-2007, le député-maire Eric Raoult (UMP) avance le manque de foncier et son prix. Ainsi que «la lourdeur de l'Etat qui bloque des dossiers pendant un an et demi, et les recours des riverains contre les projets d'habitat social».

· A Enghien-les-Bains (Val-d'Oise), qui n'a atteint que 31% de l'objectif, le maire, Philippe Sueur (DVD), avance que s'il voulait se conformer à la loi, il devrait «raser 18 hectares» sur les 173 de sa ville, et déclare: «Les pénalités, c'est la facilité pour la préfecture», réclamant à l'Etat «plus de souplesse pour construire».

· A Vincennes (Val-de-Marne), où 51% des logements programmés ont été bâtis, le maire, Laurent Lafon (Nouveau Centre), estime que «le rythme imposé par la loi n'est pas adapté à notre ville, où le prix de l'immobilier est extrêmement élevé. Même en préemptant et en expropriant, on ne peut y arriver.»