Boulogne-Billancourt: L’ex-élu LR qui avait abusé de la confiance d’une mère de famille en détresse, condamné pour corruption

CORRUPTION Xavier Denis avait reçu 4.000 euros d'une mère de famille contre la promesse (jamais tenue) d'un logment HLM pour elle et ses cinq enfants...

M.F

— 

Illustration d'une tour HLM
Illustration d'une tour HLM — A. GELEBART / 20 MINUTES
  • En 2016, une mère de famille attendant un logement social pour elle et ses enfants depuis plus de 15 ans a versé 4.000 euros à un conseiller à la mairie de Boulogne pour qu’il l’aide.
  • Ce dernier n’ayant jamais honoré la demande, la quadragénaire a porté plainte contre l’ex-élu Les Républicains.

« Une situation qui choque non seulement le droit, mais aussi la morale ». Jeudi 13 décembre, le tribunal de Nanterre a condamné l’ex-conseiller municipal Les Républicains de Boulogne-Billancourt à un an de prison avec sursis pour « corruption passive ». Une peine assortie d’une amende de 15.000 euros et d’une interdiction de droits civiques pendant trois ans.

Les faits remontent à décembre 2015. Une mère vivant avec ses cinq enfants dans un studio de 21 m2, sans eau chaude ni commodités, et lassée de demander sans succès, depuis plus de 15 ans, un logement social à la mairie décide d’outrepasser la loi française. Elle contacte l’élu à la mairie Xavier Denis (LR) par l’intermédiaire d’une amie, qui lui assure qu’il pourra l’aider.

Toutes ses économies

En janvier, 2016, elle lui donne en plusieurs virements bancaires, l’équivalent de toutes ses économies : 4.000 euros, contre la promesse d’un logement plus grand. « Il m’a demandé si je préférais un trois-pièces rue de Paris ou un appartement plus grand dans le Trapèze », avait expliqué à l’époque au Parisien la mère de famille.

Mais neuf mois plus tard, la mère de famille se trouve toujours dans son logement insalubre et Xavier Denis a démissionné de la mairie « pour raisons personnelles », sans lui rendre l’argent. En octobre 2016, elle porte plainte à la gendarmerie, mais l’ex-élu de 27 ans conteste les faits. « J’étais élu à la jeunesse, je n’avais aucun pouvoir pour attribuer des logements », avait-il déclaré au Parisien avant d’affirmer que la dame de 47 ans lui avait en réalité « prêté » de l’argent pour régler une facture. « Qui viendrait me demander de l’argent ? Je gagne à peine 1.100 euros par mois », s’était défendue la mère de famille.

« Crime contre la nation »

Lors de l’audience le 23 novembre dernier, la magistrate a assuré qu’il s’agissait d’un cas de « corruption avérée », que l’élu niait « dans des conditions ubuesques ». Celui-ci a en effet réaffirmé qu’il s’agissait d’un prêt car à cette époque il était très endetté et interdit bancaire. Mai la magistrate a estimé que Xavier Denis, aujourd’hui âgé de 29 ans, avait « profité d’une situation qui choque non seulement le droit mais aussi la morale ». La procureure, a quant à elle évoqué un « crime contre la nation » et indiqué que dans le domaine du logement public, il ne pouvait y avoir « de passe-droit, de clientélisme ».

L’ancien élu LR n’est pas le seul à avoir été condamné ce jeudi. La mère de famille aussi. Alors qu’une simple amende de 5.000 euros, dont 2.000 avec sursis, avait été requise contre elle, cette dernière a écopé de quatre mois de prison avec sursis pour « corruption active ». La femme originaire du Maghreb a toujours reconnu les faits. « Graisser la patte, ça ne se fait pas en France », lui avait cependant rappelé la procureure.