Ile-de-France: Des micro-crèches implantées dans des gares à la rentrée 2019

INFO «20 MINUTES» Si l’expérimentation des deux premières micro-crèches est concluante, d’autres pourraient être installées en Ile-de-France…

Lucie Bras

— 

Ces micro-crèches "pilotes" pourront accueillir 10 enfants dans un premier temps (image d'illustration).
Ces micro-crèches "pilotes" pourront accueillir 10 enfants dans un premier temps (image d'illustration). — ROMAIN BEAUMONT/SIPA
  • Ile-de-France Mobilités et la SNCF vont financer deux micro-crèches installées dans des gares parisiennes.
  • La gare de Dammartin-Juilly-Saint-Mard en Seine-et-Marne (ligne K) et à Villiers-Neauphle-Pontchartrain dans les Yvelines (ligne N) ont été choisies pour l’occasion.
  • L’objectif est de permettre aux parents de déposer leurs enfants pendant leur trajet domicile-travail.

Le service devrait améliorer la vie des travailleurs franciliens. Ile-de-France Mobilités va tester l’installation de micro-crèches dans deux gares de la région à partir de septembre 2019. Un service qui pourrait se développer, si les résultats du test sont concluants.

Ces micro-crèches « pilotes » de 10 berceaux chacune seront installées dans la gare de Dammartin-Juilly-Saint-Mard en Seine-et-Marne (ligne K) et à Villiers-Neauphle-Pontchartrain dans les Yvelines (ligne N). Le projet prévoit l’installation de deux modules d’environ 150 mètres carrés chacun, avec un espace jardin d’enfants de 80 à 120 mètres carrés, selon un communiqué d’Ile-de-France Mobilités. Le bâtiment, constitué d’une ossature en bois choisi pour sa « forte performance environnementale », sera mis à disposition d’un opérateur spécialisé du domaine de la petite enfance.

« Du temps gagné dans la journée »

Les conditions d’attribution des places sont encore en cours de discussion, même si « la priorité sera donnée aux usagers des transports ». Objectif : permettre aux parents de déposer leurs enfants pendant leur trajet domicile-travail. Une politique défendue par la présidente de la région Ile-de-France et d’Ile-de-France Mobilités Valérie Pécresse : « Pouvoir déposer et reprendre son enfant à la garderie sans avoir à effectuer de trajets supplémentaires avant et après le travail, c’est une vraie contrainte en moins et beaucoup de temps gagné dans des journées déjà bien chargées. »

« Si l’expérience s’avère concluante, [elle] pourrait être proposée aux Franciliens dans plusieurs gares de la région », indique le communiqué. Ces deux micro-crèches, installées en parallèle de deux parc-relais en cours de construction, sont financées par Ile-de-France Mobilités à hauteur de 500 millions d’euros et par la SNCF.