«Gilets jaunes» : Le parquet de Paris détaille sa riposte à l'acte IV des casseurs

MANIFESTATIONS «On ne peut venir tout casser le samedi sans avoir de comptes à rendre à la justice», a rappelé le procureur de Paris, lors d'un point presse ce dimanche soir...

F.P.

— 

Rémy Heitz est le nouveau procureur de Paris.
Rémy Heitz est le nouveau procureur de Paris. — JOEL SAGET / AFP

« Mon parquet est pleinement décidé à ne pas laisser impunies des exactions commises à Paris. » Rémy Heitz, procureur de Paris a fait un point ce dimanche à 18h, lors d’une conférence de presse, la réponse judiciaire aux débordements de l’acte IV des « gilets jaunes », manifestation émaillée de nouvelles violences dans la capitale samedi 8 décembre.

« On ne peut laisser accréditer l’idée qu’il est possible de venir tout casser ou de commettre des violences très graves le samedi, puis rentrer chez soi sans être inquiété, sans avoir de comptes à rendre à la justice », a justifié le représentant du parquet.

Les mêmes profils que la semaine dernière

Mille personnes ont été placées en garde à vue samedi, rien qu’à Paris. Plus de 900 majeurs et près de 100 mineurs. Le profil des « gilets jaunes » interpellés ce samedi est très proche de ceux interpellés la semaine dernière. « Majoritairement des hommes, de moins de 40 ans, souvent sans antécédents judiciaires et venus de différentes régions de France », rappelle Rémy Heitz.

Le procureur de Paris indique tout de même parmi les interpellés, « des profils plus marqués issus manifestement de l’ultra-droite ou des rangs de l’ultra-gauche ». « Par ailleurs, comme la semaine dernière, des profils d’hommes plus jeunes, mineurs pour certains, et motivés souvent par la volonté de piller des commerces, ont été interpellés en seconde partie d’après-midi », a poursuivi Rémy Heitz.

Les effectifs de magistrats plus que doublés

Le parquet de Paris a mis en place un dispositif adapté pour faire face à ce nombre accru de gardes à vue. Quinze magistrats samedi et 25 ce dimanche ont été mobilisés au sein de la section de permanence du parquet de Paris, « contre cinq habituellement », précise Rémy Heitz.

Même chose pour les greffiers dont le nombre a été doublé. « Nous nous attacherons à apporter une réponse pénale à chacune des procédures engagées ce week-end, une réponse adaptée à la gravité des faits constatées, aux circonstances de leurs commissions et à la personnalité et à l’absence ou non d’antécédents judiciaires de leurs auteurs », a conclu Rémy Heitz.

Des comparutions immédiates pour les faits les plus graves

Le parquet de Paris privilégiera les comparutions immédiates pour les faits les plus graves. La semaine dernière, 100 personnes ont comparu devant le tribunal correctionnel entre le lundi et le mardi. Cinq audiences supplémentaires avaient été créées. Ce dispositif sera reconduit lundi, annonce Rémy Heitz et augmenté même. « Au total, ce seront dix audiences de comparution immédiate qui siégeront sur ces deux jours, précise le procureur de Paris. Et, compte tenu du volume des présentations en justice, un certain nombre de prévenus de la petite couronne seront orientés vers les tribunaux de Nanterre, Bobigny et Créteil. »