«Gilets jaunes» à Paris: Malgré l’incertitude, les commerçants des Champs-Elysées se préparent à «l'acte 3»

SOCIETE Si les appels au rassemblement sur les Champs-Elysées ce samedi prennent de l’ampleur, les « gilets jaunes » n’ont pas encore déclaré la manifestation sur l’avenue. Les commerçants, eux, prennent les devants…

Romain Lescurieux

— 

Les Champs-Elysées ce jeudi
Les Champs-Elysées ce jeudi — R.LESCURIEUX / 20Minutes
  • De nombreux commerçants des Champs-Elysées pensent à fermer leur établissement ce samedi.
  • A l’heure actuelle, deux demandes ont été déposées à la préfecture de police de Paris pour manifester notamment à la Madeleine ou encore porte Maillot.

L’artère porte encore des stigmates de la manifestation des « gilets jaunes » de samedi dernier. Vitres brisées, fracturées et mobilier urbain tagué « Aux armes », « Macron voleur », « tous cassos, tous casseurs » ou encore « Brigitte, femme de flic ». Alors que cette mobilisation émaillée de violences est encore dans la tête des commerçants, « l'acte 3 » de ce samedi est désormais sur toutes les lèvres sur les Champs-Elysées.

« On sera fermé »

« On se dirige fortement vers une fermeture de notre établissement. La police est passée pour nous le conseiller fortement. Globalement, je pense qu’une grosse partie des commerces de l’avenue auront le rideau baissé et l’avenue sera totalement quadrillée », explique le salarié d’un café-restaurant situé près de la station de métro Franklin-Roosevelt. A quelques mètres, dans un kiosque à journaux, on réfléchit à la situation. « On va voir mais il y a de grandes chances qu’on soit fermé », affirme Nicolas. Même son de cloche, le long de l’avenue.

« En toute logique on devrait fermer. Samedi dernier, ce n’était pas tenable. Vraiment », explique un serveur, précisant qu’ils avaient été obligés de fermer cet établissement « en catastrophe » et prématurément face aux débordements. Un magasin de vêtements a lui dressé des planches de bois sur ses vitrines. « Nous les avions installées après la dernière manifestation, car c’était fracturé mais nous avons décidé de les laisser en prévision de la manifestation de ce samedi », commente un employé.

A côté, un badaud apporte son soutien aux « gilets jaunes ». « Ils ont raison, le ras-le-bol est général et Macron n’écoute pas. Ils peuvent tout quadriller, ce sera le massacre », s’emporte-t-il. Mais quelle va être l’ampleur de la mobilisation de samedi ?

Vers une fermeture intégrale des Champs-Elysées ?

Sur les réseaux sociaux, les rendez-vous hebdomadaires du samedi, avec manifestation sur les Champs-Élysées et blocages en régions, se poursuivent et sont en voie d’être ritualisés. Pour cet « acte 3 », Eric Drouet, un des initiateurs du mouvement appelle à faire de samedi une journée « mémorable ».

Des casseurs ont saccagé l'avenue des Champs-Elysées pendant la manifestation des
Des casseurs ont saccagé l'avenue des Champs-Elysées pendant la manifestation des - FRANCOIS GUILLOT / AFP

A l’heure actuelle, deux demandes ont été déposées à la préfecture de police de Paris pour manifester notamment à la Madeleine ou encore porte Maillot. « Mais aucune ne concerne l’avenue des Champs-Élysées », indique un courrier du cabinet du ministre de l’Intérieur. Sur France 3, Christophe Castaner a annoncé: « Les Champs-Elysées seront ouverts aux piétons dans un dispositif très resserré, très hermétique, sur l’ensemble des accès aux Champs-Elysées. […] Ils [les manifestants] pourront pénétrer, ils seront contrôlés avec une pièce d’identité, nous fouillerons les sacs. » Quoi qu’il en soit, de nombreux élus relaient l’appel des Champs, et certains seront notamment présents, comme Jean-Luc Mélenchon (LFI).

Les « préconisations » de la PP attendues

De son côté, la mairie de Paris attend les retours de la préfecture de police mais « ne souhaite pas que les scènes de samedi dernier se reproduisent », indique une source interne. Lundi matin, le premier adjoint d’ Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire avait déclaré que plus de 200 personnes avaient été mobilisées pour redonner un visage « normal » à l’avenue. Il avait aussi chiffré les dégradations à « plusieurs centaines de milliers d’euros ».

Ce vendredi matin, le Comité Champs-Elysées doit se réunir pour donner des consignes aux commerçants. La mairie de Paris pourrait également tenir un point presse après avoir pris connaissance des préconisations de la préfecture de police qui sont attendues dans l’après-midi. Dans le même temps, des porte-parole de la « délégation » officielle du mouvement des « gilets jaunes » seront reçus par le Premier ministre Édouard Philippe.