Dons de caca: Standard explosé, milliers de mails... «La situation était devenue ingérable» et l'étude suspendue

SCIENCES Le Centre de recherche clinique de l’est parisien de l’hôpital Saint-Antoine (12e arrondissement) avait lancé un appel au don de selles...

Romain Lescurieux

— 

Hôpital Saint-Antoine à Paris. (Illustration)
Hôpital Saint-Antoine à Paris. (Illustration) — FRANCOIS GUILLOT / AFP
  • Le Centre de recherche clinique de l’est parisien de l’hôpital Saint-Antoine (12e arrondissement) avait lancé un appel au don de selles
  • Le professeur coordonnant l’étude, Harry Sokol, gastro-entérologue a l'hôpital Saint-Antoine (AP-HP), confirme auprès de 20 Minutes, que « l’appel est arrêté » et l'étude suspendue. 

L’annonce a fait beaucoup de bruit. Le Centre de recherche clinique de l’est parisien de l’hôpital Saint-Antoine (XIIe arrondissement) a récemment lancéun appel au don de selles contre un dédommagement de 50 euros. Du moins c’était le sens de l’appel initial. Car face à l’explosion du nombre de demandes l’étude a finalement été suspendue.

L’information a beaucoup tourné sur la page Facebook d’entraide « Wanted Community », dans les médias, dont 20 Minutes, et sur les réseaux sociaux. Mais le professeur coordonnant l’étude, Harry Sokol, gastro-entérologue a l’hôpital Saint-Antoine (AP-HP), confirme auprès de 20 Minutes, que « l’appel est arrêté ».

« C’est une catastrophe. C’est désastreux »

« C’est une catastrophe. C’est désastreux. Le standard a sauté, nous avons reçu des milliers de mails, des gens se sont présentés directement à l’hôpital dans l’optique de donner leurs selles. Mais ça ne se fait pas comme ça, il y a un questionnaire, des prises de sang », déplore Harry Sokol. « La situation était devenue ingérable. Donc nous arrêtons l’appel aux dons et donc cela suspend l’étude », regrette-t-il. « Pourtant, c’est sérieux, il y a des patients, des malades qui sont dans l’attente d’une greffe. J’espère cette étude pourra reprendre », conclut-il.

Philippe Godeberge​, gastro-entérologue à l’Institut mutualiste Montsouris et auteur de Qu’est ce que tu as dans le ventre ? (Hachette), est revenu pour 20 Minutes sur la nécessité cette fameuse étude : « Une première à cette échelle en France », assure-t-il.

« Il faut des échantillons de selles »

« La problématique est la suivante : pour faire des greffes de microbiote fécal, c’est-à-dire la part d’organismes vivants dans les selles, composées aussi d’eau et de résidus, il faut y avoir accès », explique-t-il. « Or, c’est rarement le cas car les donneurs potentiels sont souvent malades. D’où l’idée de faire appel à des gens en bonne santé et qui peuvent effectuer un dépôt de selles. D’autant qu’en France, il n’y a actuellement pas de banques de selles. Il faut donc des échantillons de selles fraîches pour constituer un stock », poursuit-il.

Selon lui, le but est aussi de faire des recherches sur un certain nombre de maladies, pour lesquelles « on n’avance plus beaucoup ». Comme la maladie de Crohn, la dépression, la maladie de Parkinson ou encore l’obésité.