Paris: L'ouverture d'un club de jeux face à un supermarché agite élus, riverains et commerçants

SOCIETE L’annonce de l’ouverture d’un club de jeux dans le 13e suscite de nombreuses réactions chez les élus, certains riverains et commerçants…

Romain Lescurieux

— 

L’Impérial Club, dans le 13e arrondissement,
L’Impérial Club, dans le 13e arrondissement, — R.LESCURIEUX / 20Minutes
  • En décembre 2016, l’Assemblée nationale a autorisé à titre expérimental pour trois ans la création de clubs de jeux à Paris.
  • L’Impérial Club doit ouvrir dans le 13e arrondissement, dans la galerie commerciale Massena. L’endroit doit accueillir ses premiers clients en décembre.
  • Le député de la 9e circonscription de Paris, dont dépend le 13e, affirme avoir « découvert l’ouverture de ce club par hasard. Avec le maire du 13e arrondissement, nous n’avons été ni informés, ni consultés. »

Out les cercles, place aux clubs. Depuis plusieurs mois les clubs de jeux s’implantent dans la capitale. En décembre 2016, l’Assemblée nationale a autorisé à titre expérimental pour trois ans  la création de clubs de jeux à Paris – davantage réglementés – écartant dans le même temps, le retour des casinos (voir encadré). Une mesure, adoptée dans le cadre de la réforme du statut de Paris. Et ce, après les différentes frasques et scandales dans les cercles de jeux entraînant au fur et à mesure leur fermeture.

Depuis, le Paris Elysées Club rue Marbeuf (8e arrondissement) a ouvert ses portes en avril 2018, un club Barrière va prochainement voir le jour sur les Champs Elysées, tout comme le Circus Club, boulevard Murat (16e arrondissement). Mais un autre établissement semble davantage faire grincer des dents. Son nom : L’Impérial Club, dans le 13e arrondissement, dans la galerie commerciale Massena. Installé en face des caisses d’un supermarché, l’endroit doit accueillir ses premiers clients en décembre.

« On appréhende »

« C’est très surprenant d’ouvrir un tel établissement ici », s’interroge une habitante du 13e arrondissement. Au sein du centre commercial, une commerçante s’agace. « C’était une salle de sport ici qui convenait aux gens et du jour au lendemain, ça devient un club de jeux. On ne voit pas ça d’un bon œil. On appréhende », affirme-t-elle. « Cela va apporter de l’insécurité, notamment le soir », craint-elle. Une pétition a d’ailleurs été lancée par un collectif de riverains et a récolté plus de 5.000 signatures. Face à cette grogne des élus montent au créneau.

« Si l’ouverture du club du 8e s’est bien passée, celle future de L’Impérial Club dans le 13e suscite des inquiétudes : riverains et élus craignent des problèmes d’insécurité et d’addiction aux jeux », note Laurence Goldgrab, présidente des Radicaux de Gauche, Centre et Indépendants. Son groupe dépose au Conseil de Paris – qui s’ouvre ce mercredi – un vœu « relatif à une politique municipale sur le secteur des jeux d’argent et de hasard à Paris ».

« Il faut que la ville, en lien avec le ministère de l’Intérieur, se dote d’une véritable politique concernant la réglementation des salles de jeux et définisse une carte des quartiers propices ou non », selon les élus, qui prônent davantage d’anticipation pour ces ouvertures et un meilleur dialogue avec les maires d’arrondissements et les riverains. Buon Tan, le député LREM de la 9e circonscription de Paris dont dépend le 13e, dénonce la méthode employée pour ouvrir cet établissement.

Rendez-vous au ministère de l’Intérieur

« Nous avons découvert ça par hasard. Avec le maire du 13e arrondissement, nous n’avons été ni informés, ni consultés », affirme-t-il. Les élus ont rendez-vous la semaine prochaine au ministère de l’Intérieur – qui délivre les autorisations d’ouverture des clubs de jeux – pour vérifier les conditions d’ouverture, les garantis, critères et les précautions prises.

« Je ne suis pas opposé foncièrement aux clubs de jeux. Mais je trouve que le lieu n’est pas idéal et il ne faudrait pas qu’il nuise à la quiétude du quartier », avance Buon Tan. Et de précise : « Enfin, je trouve qu’ouvrir cet établissement en plein cœur du 13e sous prétexte que la communauté asiatique serait friande de jeux, est limite. »

Pourquoi il n’y a pas de casinos à Paris

Le marché des casinos étant très réglementé en France afin de combattre l’addiction aux jeux de hasard et de peur de troubles à l’ordre public, ils sont interdits dans la capitale. Seules les villes balnéaires peuvent accueillir ses structures après autorisation du ministère de l’Intérieur. En l’état, une loi de 1920 interdit « d’exploiter un casino ouvrant des salles de jeux à moins de 100 kilomètres de Paris ». Une autre prévoit une dérogation pour les stations thermales comme Enghien-les-Bains (à une vingtaine de kilomètres de la capitale), où le casino accueille nombre de joueurs parisiens.