La campagne pour aimer l'école

Alexandre Sulzer - ©2008 20 minutes

— 

« Si j'avais refusé de venir, mon collège m'aurait viré ! » Souleyman, 11 ans, fait partie des cinq élèves de CM1, CM2 et 6e de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) qui résident depuis le 15 mai dans le premier internat de réussite éducative francilien. Noyé dans la verdure de la forêt de Mériel (Val-d'Oise), cet établissement s'est installé sur une base de loisirs appartenant à la commune de Saint-Denis. Expérimental, le principe du lieu est simple : sélectionner des enfants rencontrant de fortes difficultés scolaires et les couper pendant six semaines de leur environnement. Exception faite des week-ends. « Il faut donner un cadre privilégié à ces enfants qui se trouvent à un point de basculement entre comportement difficile et délinquance », explique le directeur de l'établissement, Oumar Sow. Ici, jeux vidéo, télévision et téléphone sont proscrits. Les chambres se trouvent juste en face des salles de classe dans lesquelles l'institutrice s'efforce de leur donner goût aux études. « Avant, j'avais la flemme d'apprendre mes leçons, mais ici, j'ai réfléchi, et je vais m'y mettre », confirme un peu mécaniquement Yasmine, 11 ans. « L'objectif est aussi d'assurer un suivi constant avec la famille, dont les tensions se trouvent souvent à l'origine des problèmes scolaires », décrypte Marc Bablet, l'inspecteur d'académie adjoint du 93. Dès septembre, le dispositif montera en puissance avec une douzaine d'élèves, dont la prise en charge à Mériel pourra atteindre dix-huit semaines.