Marc Machin reste en prison

JUSTICE La Commission de révision des condamnations pénales a décliné une suspension de peine...

C. B.

— 

Marc Machin ne sortira pas de prison, du moins pas tout de suite. La Commission de révision des condamnations pénales a décliné la suspension de peine pour cet homme condamné à dix-huit ans de prison après le meurtre en 2001 d'une femme sur le pont de Neuilly (Hauts-de-Seine). «La commission a estimé qu'il était prématuré de suspendre la peine», a déclaré l'avocat de Marc Machin, Me Louis Balling, à l'issue du délibéré, prononcé à huis clos.

Depuis début mars, l'apparition d'un nouveau suspect, David Sagno, et la découverte de traces de son ADN sur les vêtements de la victime remettent en cause la culpabilité de Marc Machin. Son avocat, Me Louis Balling, a déclaré qu'il déposerait une nouvelle demande de suspension de peine dès mardi: «C'est une déception, un sentiment de colère mais pas de résignation. Je ferais des demandes de suspension de peine jusqu'à ce qu'il sorte.»

Le 5 mai, la commission, composée de cinq juges de la Cour de cassation, avait examiné ces preuves et écouté les proches de la victime pendant plusieurs heures, à huis clos. Lors de l'audience, l'avocate générale, Hélène Magliano, s'était cependant opposée à la remise en liberté de Marc Machin, justifiant qu'il fallait « affermir le crédit porté à ces faits nouveaux ». Lundi matin, elle a confirmé qu'une libération serait «prématurée».