Paris: Cinq sites de baignade dans la Seine en 2025 dans la capitale

PLOUF Selon BFM, 26 sites de baignade dans la Seine et la Marne ont été sélectionnées, dont cinq dans Paris…

C.P.

— 

La baignade pourrait se développer en Ile-de-France d'ici à 2025.
La baignade pourrait se développer en Ile-de-France d'ici à 2025. — GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP
  • Vingt-six sites de baignades dans la Seine et la Marne ouvriront entre 2022 et 2025 en Ile-de-France.
  • La dépollution est estimée entre 1,2 et 1,4 milliard d’euros.

Jacques Chirac l’avait promis en 1988, il faudra finalement attendre 2025 pour voir le projet se réaliser. La mairie de Paris dévoile ce jeudi 26 sites de baignade dans la Seine et la Marne, dont cinq au coeur de la capitale. Selon BFM TV, un premier bassin devrait ouvrir pour l’épreuve en eau libre des Jeux Olympiques de 2024 à Trocadéro-Champ de Mars, non loin du pont d’Iena.  Il pourrait ensuite être accessible à tous.

Quatre autres bassins devraient progressivement voir le jour, précise le site d’information : dans le 12e arrondissement près du pont de Bercy, un dans le Bois de Boulogne et deux dans l’ultra-centre de Paris, près du pont Notre-Dame et à proximité du pont des Arts. Ces sites – dont la localisation peut bouger de quelques centaines de mètres – ont été sélectionnés parmi neuf spots potentiels déterminés après une étude lancée il y a un an avec l’Apur, l’atelier parisien d’urbanisme.

Dépollution de la Seine

Reste désormais à faire le plus dur : dépolluer l’eau de la Seine dans l’ensemble de l'Ile-de-France. Une tâche d’ampleur dont le budget est estimé entre 1,2 et 1,4 milliard d’euros. En réalité, précise le quotidien Les Echos, cette somme vise avant tout à permettre à la région de se mettre en conformité avec les normes européennes, en mettant, par exemple, en place un meilleur réseau d’assainissement à quai pour éviter le déversement des eaux usées des bateaux ou une meilleure végétalisation des toits pour limiter le ruissellement.

Pour l'heure, la qualité de l’eau reste néanmoins loin d'être optimum pour garantir une baignade sans risque sanitaire. On estime que l’eau est bonne lorsque le taux de deux bactéries, les entérocoques intestinaux et E.coli, est inférieur à 330 UFC (unité formant colonie) par millimètre pour la première et 900 pour la seconde. Or, selon BFM, ces taux sont pour l’heure à 596 et 3.490.