Paris : «Arrêtons le massacre et partageons la ville avec les rats», clame une association

PAIX L’association Paris Animaux Zoopolis lance ce jeudi une vaste campagne d’affichage dans le métro parisien pendant une semaine pour dénoncer le «massacre» dont les rats sont victimes...

Romain Lescurieux

— 

Une opération de dératisation à Paris en 2016
Une opération de dératisation à Paris en 2016 — : Francois Mori/AP/SIPA
  • Depuis fin 2016, la mairie a lancé un vaste plan doté d'un budget de 1,5 million d'euros pour éliminer les rongeurs.
  • « Ça coûte beaucoup d’argent, ça ne sert à rien et c’est cruel », répond le co-fondateur de l’association Paris Animaux Zoopolis qui appelle à « vivre » avec les rats. 

Fumigènes, appâts, produits anticoagulants, raticides, nasses, gaz carbonique, stérilisation, applications ou encore pièges au Pastis… Depuis plusieurs mois, les idées et initiatives pour éradiquer les rats dans la capitale fleurissent. Présentée comme un « fléau » ou une « urgence sanitaire » par des élus ou syndicats, la présence des rats dans les rues, parcs et métro, inquiète. « La nuit c’est Rat land, ils sont chez eux. Ils se baladent librement entre le cinéma, les restaurants et les rues aux alentours. Impossible de les louper ! », témoignait récemment auprès de 20 Minutes, Marie, habitante de la région parisienne.

La mairie a déclaré la guerre aux rats.
La mairie a déclaré la guerre aux rats. - R.LESCURIEUX

Depuis fin 2016, la mairie a lancé un vaste plan doté d’un budget de 1,5 million d'euros pour éliminer les rongeurs. La mairie affirme avoir considérablement augmenté le nombre d’interventions. Près de 5.000 de janvier à juillet 2018 contre 1.700 pour la même période un an plus tôt. Mais pour l’association animaliste, Paris Animaux Zoopolis, qui entend se battre pour l’intérêt des animaux sans distinction d’espèces, il faut « arrêter le massacre ». Ils dévoilent ce jeudi une vaste opération d’affichage dans les couloirs et quais de la RATP.

« La ville n’est pas réservée aux humains »

« L’idée de cette campagne est de casser les clichés que peuvent avoir les Parisiens. Les rats ne sont pas une menace, ils ne sont pas sales, ni dangereux. Ils ont le droit de vivre », explique Philippe Reigné, co-fondateur de Paris Animaux Zoopolis. Via cette opération, l’association veut aussi s’opposer à la politique de dératisation de la ville et de la préfecture de police. « Leur argument de santé publique est erroné. C’est de l’hypocrisie institutionnelle », poursuit celui qui en veut pour preuve la page site de la mairie de Paris : « Comment Paris lutte contre les rats » et cet encadré qui indique que « le risque sanitaire est minime ». « En fait, ils tuent les rats uniquement pour des raisons d’image. Mais ils reviendront et sont de plus en plus résistants », insiste-t-il.

Un dératiseur expose un rat mort
Un dératiseur expose un rat mort - : Francois Mori/AP/SIPA

En septembre, la Ville de Paris a lancé une étude destinée à mettre au point un anticoagulant plus efficace, tant les rats tiennent tête. « Ça coûte beaucoup d’argent, ça ne sert à rien et c’est cruel », répond Philippe Reigné. Les experts évaluent le nombre de rongeurs à Paris à près de quatre millions. Selon la mairie, leur recrudescence dans les rues s’explique par l’augmentation des déchets alimentaires – de nouvelles poubelles ont d’ailleurs été mises en place - et les crues de la Seine qui ont poussé les rats à sortir des égouts.

Pour Philippe Reigné, il y a en effet eu un déplacement des populations de rats. « Avant ils étaient dans les sous-terrains, maintenant ils sont à la surface. Notamment à cause des vibrations des nombreux travaux du Grand Paris. Il faut vivre avec et nous pouvons nous en accommoder. Partageons la ville avec les rats, pas nos appartements, mais la ville n’est pas réservée aux humains », ajoute-t-il, déplorant surtout un sujet « politique » autour des rongeurs.

Le rat : « objet politique » et « vraie utilité » ?

Depuis un certain temps, un certain nombre d’élus parisiens se sont emparés de cette question. Le plus illustre, Geoffroy Boulard, maire (LR) du 17e arrondissement est même allé à New York pour découvrir des méthodes d’éradication. « La ville de Paris ne se creuse pas assez la tête sur la dératisation », expliquait-il récemment à 20 Minutes. « Ces élus jouent sur la peur », tacle Philippe Reigné,. « Et la mairie joue le jeu. C’est la surenchère permanente », déplore-t-il. Pourtant, selon des experts, la présence des rats est même « utile ».

Geoffroy Boulard, le maire du XVIIe arrondissement de Paris, vient de lancer un site signalerunrat.paris.
Geoffroy Boulard, le maire du XVIIe arrondissement de Paris, vient de lancer un site signalerunrat.paris. - @Alain Guizard

D’après Pierre Falgayrac, expert en hygiène et sécurité, formateur, et auteur du Grand guide de lutte raisonnée contre les nuisibles ou bio-agresseurs humains (Lexitis, 2017), contacté par 20 Minutes en en mars dernier, « l’extermination d’une espèce qui était présente avant nous sur la Terre… Non seulement c’est impossible, mais en plus non souhaitable, vu leur utilité ». Selon lui, « les rats mangent 25 grammes de déchets par jour. Chacun d’entre eux nous débarrasse donc de 9 kg de déchets au cours de sa vie [La durée de vie moyenne d’un rat est d’un an] ».