Paris: Nouvelle agression d'une prostituée transgenre au Bois de Boulogne

ENQUETE Des hommes descendus de voiture ont subtilisé son sac et l’ont agressée, selon une source policière…

20 Minutes avec AFP

— 

Le bois de Boulogne est réputé pour être un haut lieu de la prostitution parisienne.
Le bois de Boulogne est réputé pour être un haut lieu de la prostitution parisienne. — M.ASTAR/SIPA

Une prostituée transgenre a été agressée dans la nuit de lundi à mardi, selon une source policière confirmant une information du journal Le Parisien. Cette agression intervient un mois après la mort d'une prostituée trans qui tentait d’empêcher un client de se faire dépouiller dans le Bois de Boulogne.

Les faits se sont déroulés tôt ce lundi. Des hommes descendus de voiture ont subtilisé son sac et l’ont agressée, selon une source policière. La victime s’est alors postée devant la voiture qui a démarré et l’a heurtée. Son pronostic vital n’est pas engagé.

Meurtre en bande organisée

Une enquête pour « vol commis avec violences et violences volontaires avec arme par destination » a été ouverte et confiée au commissariat du XVIe arrondissement de Paris. Dans la nuit de 16 au 17 août, Vanesa Campos, une travailleuse du sexe de 36 ans d’origine péruvienne, avait été tuée par balle alors qu’elle tentait d’empêcher plusieurs hommes de dépouiller un client dans ce haut lieu de la prostitution parisienne.

Huit personnes avaient été interpellées le 21 août et cinq d'entre elles ont été mises en cause pour « meurtre commis en bande organisée » et « vols en réunion avec dégradations » dans le cadre de cette enquête confiée à la brigade criminelle.

Endroits plus isolés

Ce meurtre avait suscité l’émoi de plusieurs associations, qui ont dénoncé, lors d’un rassemblement en son hommage, l’inertie des pouvoirs publics et la «responsabilité politique» liée à la loi d'avril 2016 qui a notamment introduit la pénalisation des clients des prostitués.

Les organisations, dont l’association de défense des personnes trans Acceptess-T, demandent l’abrogation de ce texte qui ferait baisser les revenus des prostituées et les obligerait à exercer dans des endroits plus isolés, à l’écart de la police, où elles sont davantage exposées aux agressions.