Ile-de-France: Bientôt une avance de 3 mois des APL pour les jeunes précaires

LOGEMENT La région Ile-de-France et la Fédération des acteurs de la solidarité vont expérimenter une aide en avançant les APL pour permettre aux jeunes précaires de trouver un logement…

F.H.

— 

Le siège de la région Ile-de-France à saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).
Le siège de la région Ile-de-France à saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). — PHILIPPE LOPEZ / AFP
  • Les associations qui gèrent des logements d’insertion vont bénéficier d’une avance d’argent – trois mois d’APL (aide personnalisée au logement) – pour permettre à un jeune précaire d’accéder à un logement.
  • Cette expérimentation bénéficie d’un budget de 650.000 euros pour trois ans alloué par la région Ile-de-France.
  • Un dispositif qui intervient alors que les APL ont baissé de 5 euros en 2017 et qu’elles auront une faible revalorisation en 2019 et 2020.

Une avance de trésorerie pour faciliter l’accès au logement des jeunes précaires. A partir de janvier 2019, les associations qui gèrent des logements d’insertion où elles logent des jeunes de 18 à 25 ans en difficultés vont bénéficier d’une avance de 3 mois d’APL – aide personnalisée au logement – à rembourser sous six mois. « L’effet incitatif de cette mesure ? Faire qu’une association prenne un jeune au parcours un peu instable – fin de formation, CDD pas très long… – et lui loue un de ses logements », explique Violaine Pinel de la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS) d’Ile-de-France. L’objectif est notamment d’impliquer plus de foyers de jeunes travailleurs pour le logement de jeunes en précarité.

Cette expérimentation – de 2019 à 2021 qui s’inscrit dans le dispositif régional de sécurisation des associations d'insertion par le logement – est menée par la FAS en partenariat avec la région Ile-de-France qui va allouer 650.000 euros sur trois ans.

« Coup de pouce régional »

Autre aide apportée aux associations d’insertion par le logement, une couverture de trois mois d’impayés du jeune même si celui-ci est encore dans le logement. « La cause des impayés devra être justifée par une rupture de ressources, Violaine Pinel. Mais cette sécurisation pour l’association doit lui permettre de travailler avec le jeune pendant ces trois mois pour l’aider à retrouver des ressources. »

« C’est un coup de pouce régional, explique Geoffroy Didier, vice-président (LR) de la région en charge du Logement avant de tacler. On comble les lacunes du gouvernement qui baisse les APL. » Celles-ci avaient été baissées de 5 euros en juillet 2017. « En 2018, il y a eu un gel du montant des APL et le Premier ministre a annoncé une désindexation des APL pour 2019-2020 [il n’y aura pas de suivi du coût de la vie] », détaille Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre.

Ce dispositif expérimental cible « 100 jeunes par an pour l’avance d’APL et 100 jeunes par an pour les modalités d’impayés. Les modalités d’impayés peuvent concerner un jeune bénéficiant de l’avance d’APL », précise Violaine Pinel. Geoffroy Didier annonce qu’en fonction « des besoins, on s’adaptera » et évoque la possibilité d’une aide pour « les jeunes moins défavorisés si besoin ».