Mairie de Paris: Bruno Julliard, le premier adjoint d'Anne Hidalgo, claque la porte

BYE-BYE Dans une interview au Monde, il critique sévèrement les choix et la gouvernance d’Anne Hidalgo…

C.P.

— 

Anne Hidalgo et Bruno Julliard
Anne Hidalgo et Bruno Julliard — Thomas SAMSON / AFP

« Un choix douloureux, pris en conscience. » C’est ainsi que Bruno Julliard a présenté, dans une interview au Monde, sa décision de quitter son poste de premier adjoint à la mairie de Paris. Celui qui fut le porte-parole d’ Anne Hidalgo pendant sa campagne, indique connaître, depuis plusieurs mois, « de vifs désaccords d’orientation et de méthodes de gouvernance » avec l’édile. « Au lieu de s’ouvrir et d’engager le dialogue avec les Parisiens pour surmonter les difficultés actuelles, c’est le repli sur l’Hôtel de ville et le déni de sa part qui l’ont trop souvent emporté », déplore-t-il.

Si Bruno Julliard reconnaît des réussites « incontestables », il déplore de nombreuses « approximations ou erreurs » qui viennent entacher le bilan de la maire de Paris. Il cite notamment les fiascos du Vélib​ ou de l’ Autolib, les difficultés dans la mise en place de la piétonnisation des berges ou encore le revirement sur l’ouverture des commerces le dimanche. Il déplore également un manque de consultation et des décisions personnelles.

Un avenir politique flou

Sur son avenir politique, Bruno Julliard reste très vague. Il élude la question sur une éventuelle volonté de postuler à la mairie de Paris. De même, il reste très évasif sur une potentielle alliance avec La République en Marche ou les communistes. « Ma démission ne répond à aucune stratégie personnelle, aucun plan caché, assure-t-il au Monde. Je n’imagine pas sacrifier la sincérité de mes convictions pour le confort d’un mandat. »

Anne Hidalgo a de son côté pris acte de la décision de Bruno Julliard sur Twitter et annoncé la nomination d'Emmanuel Grégoire en remplacement.