Une illustration d'un magasin Gap
Une illustration d'un magasin Gap — KAZUHIRO NOGI / AFP

POLEMIQUE

Polémique après une publicité de Gap Kids mettant en scène une fillette voilée

La nouvelle campagne de Gap Kids aux Etats-Unis fait débat. Même en France où une députée LREM y est allée de son tweet…

Une pub qui ne passe pas. La polémique enfle depuis le lancement, le 24 juillet aux Etats-Unis, par Gap Kids de la campagne publicitaire « Back to school ». La raison ? Elle met en scène une jeune fille voilée.

Selon le site de Gap en France, avec « Back to school », « GapKids encourage les enfants à renouer avec l’école en célébrant les différences et en leur offrant de nouvelles sources d’inspiration ! L’été touche peut-être à sa fin, mais l’automne est un moment privilégié pour renouer, célébrer les différences et trouver de nouvelles inspirations. Notre campagne est portée par des enfants venus du PS13 de Harlem, New York, et nous faisons appel à leurs forces et leur créativité pour réaliser quelque chose de vraiment incroyable ! »

Si des internautes ont salué une campagne qui fait la part belle à la diversité, d’autres, en revanche, l’ont dénoncée à coups de hashtag #BoycottGap. Ils lui reprochent non pas le voile en tant que tel, mais le fait que ce soit un enfant qui le porte. En France, cette campagne, bien qu’elle ne soit pas diffusée ici, fait aussi réagir. Et une pétition lancée sur change.org intitulée « Le voile n’est pas un jeu d’enfant ! » a recueilli déjà près de 3.000 signatures.

Anne-Christine Lang, députée La République En Marche​ y est même allée de son tweet : « Jamais je n’accepterai de voir des petites filles voilées. Jamais je n’irai chez Gap ».

L’ancien député UMP Bernard Carayon et actuel Président de la fédération Les Républicains du Tarn a dénoncé aussi cette publicité.