VIDEO. Panne dans le métro à Paris: «Il faisait très chaud, des passagers ont forcé les portes, c'était le chaos»

TEMOIGNAGE Des centaines d'usagers ont dû descendre sur les voies après une panne géante sur la ligne 1, mardi soir...

Philippe Berry

— 

Des centaines de passagers sont restés coincés dans le métro sur la ligne 1, le 31 juillet 2018, et on dû descendre sur les voies.
Des centaines de passagers sont restés coincés dans le métro sur la ligne 1, le 31 juillet 2018, et on dû descendre sur les voies. — Twitter, avec l'aimble autorisation d'AnonymousAG

Elles ne décolèrent pas. Coincées pendant 55 minutes pour l’une et 1h45 pour l’autre dans une rame du métro de la ligne 1, mardi soir, deux passagères témoignent pour 20 Minutes. Elles critiquent « l’absence de communication de la RATP » et décrivent des scènes de « chaos ». Pleurs, chaleur, peur… Elles disent avoir vécu « un cauchemar en wagon ».

Aïssatou monte dans le métro à Châtelet à 20h13 dans « une rame bondée ». « Le train est resté à quai deux minutes puis les portes se sont fermées. Nous avons dû rouler 40 secondes et puis plus rien », raconte-t-elle. « Les minutes commençaient à s’écouler, et aucune annonce de la RATP jusqu’à 20h45 environ. » C’est sur Twitter qu’elle apprend qu’il y a eu un incident technique entre Bastille et Saint-Paul, avec une reprise du trafic prévue à 21h00.

Mais le trafic ne reprend pas. « Une annonce nous disant de rester dans la rame et de ne pas ouvrir les fenêtres tournait en boucle. Les gens commençaient à se sentir mal, il faisait très chaud, et pas de clim'. Il y avait un bébé d’un mois, et sa mère était en larmes parce qu’il n’arrêtait pas de pleurer. Elle l’a entièrement déshabillé et nous avons réussi à trouver une bouteille d’eau pour lui renverser dessus et essayer de le rafraîchir. Quelques usagers ont donc forcé les portes pour avoir un peu d’air ».

« 1h45 après, on a aperçu un agent de la RATP »

Pour ajouter à la confusion, la rame est « remplie de touristes ». Aïssatou essaie de leur expliquer ce qu’il se passe en anglais car « évidemment, les annonces n’étaient qu’en français ». La jeune femme, qui a documenté son calvaire sur Twitter, reste en « constante communication » avec son mari et pense surtout à son « fils de 20 mois qui l’attend à la maison.

Le message continue de tourner en boucle. « Il nous disait qu’un agent de la RATP allait venir pour nous aider à évacuer par les voies. Personne n’est venu donc les gens ont commencé à descendre de la rame et à traverser sur les voies pour rejoindre le quai de la station Hôtel de Ville quelques mètres plus loin ».

Ces passagers alertent du personnel à Hôtel de Ville. « Et là, 1h45 après, on a aperçu un agent de la RATP sur les voies, et il disait être venu aider la mère et son bébé pour qu’ils descendent sur les voies, avec la poussette ».

« Il est revenu pour nous dire de tous descendre parce que le trafic ne reprendrait pas. » Puis il repart aussitôt. « Nous avons mis nos torches sur nos smartphones pour descendre sur les voies et marcher jusqu’au quai » sur « un peu plus de 50 mètres ». « Seuls les usagers s’entraidaient et essayaient d’aider les personnes âgées ou vulnérables à ne pas se casser la figure sur les voies. » « Quand nous sommes arrivés à quai, il y avait deux agents de la RATP, des policiers, et des pompiers qui prenaient en charge des passagers allongés par terre. Nous sommes sortis de la station sans aucune information. Comme si de rien n’était. »

« Pourquoi n’ont-ils pas de système d’évacuation ? »

Anne*, elle est restée bloquée « près de 55 minutes » entre deux stations, dans ce qu’elle décrit comme « un cauchemar en wagon ». « Mes enfants de 9 et 12 ans ont eu peur, mais je les ai rassurés. Difficile de respirer, nous avions tous très chaud », témoigne-t-elle. Finalement, le train a pu repartir et est arrivé jusqu’au quai.

Elle dénonce, elle aussi, la gestion de la RATP : « Les ''incidents techniques'' ont l’air d’être monnaie courante sur la ligne 1, je ne comprends pas pourquoi ils n’ont pas de système d’évacuation ou de remise en service partielle pour les trains non-affectés par une panne, ou au moins d’arrivée d’air. »

Au total, l’avarie a contraint à l’arrêt huit trains de la ligne 1, et des centaines de passagers ont dû descendre sur les voies. 150 agents ont été déployés pour prêter main-forte aux usagers et les informer, selon la RATP. Le trafic a pu reprendre vers 1h50.

* Le prénom a été changé

Mots-clés :