Coupe du monde 2018: Carton plein pour les bars, bistrots et cafés parisiens

SOCIETE Les professionnels du secteur prévoient plus de 10% de hausse de chiffre d'affaires, un meilleur résultat que pour l'Euro-2016...

R.L.

— 

Des supporters français assistent à la finale France-Croatie à la terrasse d'un bar.
Des supporters français assistent à la finale France-Croatie à la terrasse d'un bar. — Francois Mori/AP/SIPA

La Coupe du monde 2018 et la victoire des Bleus ont eu un réel effet bénéfique sur les chiffres d’affaires de la capitale, confirmant les attentes du début de la compétition.

« Si on prend l’Euro-2016, il y a eu entre 5 et 10 % de hausse de chiffres d’affaires. La Coupe du monde devrait faire beaucoup plus », espérait début juillet, Laurent Lutse, représentant des cafés et brasseries à l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih). Selon le cabinet d’études NPD Group, une progression de 20 % de la fréquentation des bars et pubs devrait être enregistrée les soirs de matchs. Et avec la France victorieuse en finale, les professionnels du secteur s’y retrouvent pleinement.

« Certains ont fait en une soirée la valeur d’une semaine de recette », explique à BFM TV, Marcel Benezet, patron d’une brasserie près de Saint-Lazare et président de la branche des cafés bars brasseries au SYNHORCAT. Et ce malgré le recrutement de serveurs supplémentaires pour de nombreux établissements. « Ça nous coûte, mais c’est compensé par un chiffre d’affaires de 30 à 40 % en plus et c’est très important pour notre métier, parce que c’est un lieu de récréation », confirme auprès de BFM TV, Jean Mathieu, membre de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) d’Ile-de-France.