Un violeur récidiviste devant les assises de l'Essonne

- ©2008 20 minutes

— 

Un gardien « serviable » pour certains. Et « pervers » pour d'autres. Plusieurs témoins ont permis de saisir un peu mieux la personnalité de Jean-Luc Cayez, jugé depuis hier devant la cour d'assises de l'Essonne pour le viol et le meurtre d'Audrey, 24 ans, en septembre 2005 à Soisy-sur-Seine. Ce gardien d'immeuble, violeur récidiviste, avait ligoté, agressé puis étranglé la jeune étudiante, l'une des locataires de la résidence.

Durant l'audience, les habitants ont tantôt décrit un gardien « prêt à effectuer des travaux chez ses voisins ». Mais à l'époque, une résidente avait déjà fait part aux gendarmes de son impression d'avoir affaire à un « sadique », à tel point qu'elle gardait un couteau sur elle et avait précipité son déménagement. Ce procès prend une ampleur toute particulière puisque Jean-Luc Cayez, qui supporte difficilement l'évocation de ses rapports avec sa mère, a été condamné à deux reprises pour les mêmes faits. Il était sorti de prison le 4 octobre 2002, après douze ans de rétention, en profitant du jeu des remises de peine. « S'il n'était pas sorti, ma fille serait encore en vie aujourd'hui », a déclaré hier la mère d'Audrey. Le verdict est attendu au plus tard samedi.