Coupe du monde 2018: «J'ai vu des palettes de livraison à 5h ce matin»... Quand les supporters des Bleus enragent devant la boutique Nike des Champs-Elysées

FOOT Au lendemain de la victoire des Bleus, les supporters ont poiroté des heures sans succès alors que les maillots collector n'ont pas été livrés…

A.B.

— 

Des fans attendent désespérément leur maillot collector devant la boutique Nike des Champs-Elysées.
Des fans attendent désespérément leur maillot collector devant la boutique Nike des Champs-Elysées. — A.B./ 20 Minutes
  • 1.500 maillots numérotés et brodés de deux étoiles devaient être vendus ce matin au Nike store des Champs-Elysées.
  • La boutique est fermée et n’ouvrira ses portes que ce mardi matin car la marchandise n’est pas arrivée.
  • Les supporters affirment pourtant « avoir vu des palettes livrées ce matin »

​Si c’est collector, j’achète. 1.500 maillots numérotés et brodés de deux étoiles devaient être vendus, 140 euros, ce matin au Nike store des Champs-Elysées. Au lendemain de la coupe du monde remportée par les Bleus ce dimanche 15 juillet, des centaines de supporters ont attendu, depuis parfois très tôt, devant la boutique restée close. « S’ils ne mettent pas d’affiche, c’est certainement qu’ils vont ouvrir d’un moment à l’autre », affirme l’un d’entre eux, convaincu de l’ouverture prochaine du magasin. Sur place, les clients n’ont aucune information.

« Quoi qu’il arrive, je reste là jusqu’à 17 h »

Laetitia est venue spécialement de Picardie pour se procurer ce tee-shirt collector : « J’ai pris une journée de congé pour être là, je suis très déçue. » De fait, la déception est visible sur les visages. Malgré les portes condamnées, certains persistent à rester devant une boutique qui n’ouvrira que mardi matin. « On est là depuis 6 heures du matin, on ne lâche rien », promettent Quentin et Maxime, dont la nuit a été courte.

Pour beaucoup la ferveur d’hier soir perdure dans la file d’attente. Acheter le maillot des Bleus au lendemain de la victoire de la Coupe du monde est un symbole. Un fan inconditionnel évoque son souvenir de 1998 : « J’avais 15 ans à l’époque ». Puis serrant la mâchoire, il dit ne pas croire au « défaut de livraison de la boutique. » Avant qu’un autre fan, drapeau sur l’épaule, affirme : « Je suis là depuis 5 heures du matin et j’ai vu des gens faire entrer des palettes ». « Je suis sûr que les maillots sont à l’intérieur », dit-il en désignant la boutique. La frustration gagne les rangs. Un habitué de la boutique rétorque : « Quoi qu’il arrive, je reste là jusqu’à 17 h ». « Il y a un problème de communication du magasin », lance Sarah tout juste arrivée de Cergy. Les quelques vigiles présents s’excusent de « ne pas avoir reçu la marchandise ». Du coup, ceux qui avaient fait le déplacement depuis la province vont devoir rentrer chez eux ce soir sans maillot dans les valises.

>> A lire aussi : Coupe du monde 2018: Les quarante-huit heures qui changeront la France à jamais