VIDEO. Paris: «C’est le tableau préféré de Jay-Z»... On a visité le Louvre à la recherche de Beyoncé et de son mari

MUSEE Il y a un mois, Beyoncé et Jay-Z réalisait le clip « Apelshit » au Louvre en toute discrétion. Ce week-end, ils sont en concert au Stade de France…

A.B.

— 

Un enfant admire "Le sacre de Napoléon Ier" par David, exposé au musée du Louvre. Le 13 juillet 2018.
Un enfant admire "Le sacre de Napoléon Ier" par David, exposé au musée du Louvre. Le 13 juillet 2018. — A.B./ 20 Minutes
  • Le tournage du clip Apeshit de Beyoncé et Jay-Z a nécessité deux nuits de tournage au musée du Louvre.
  • Le parcours Jay-Z et Beyoncé du musée du Louvre regroupe les 17 œuvres du clip, les principaux tableaux sont visibles dans l’aile Denon.
  • Le couple Carter est samedi et dimanche au Stade de France.

Ce que l’histoire de l’art n’a pu faire, le couple Carter l’a fait. Revisiter 17 œuvres du musée du Louvre, dans l’idée d’une réappropriation des œuvres blanches par des artistes noirs. Le duo rend aussi hommage aux icônes féminines. Le clip Apeshit de  Beyoncé et Jay-Z, tourné en toute discrétion au Louvre, a été dévoilé le 16 juin. Dès lors, le musée a lancé un parcours afin de découvrir les 16 peintures et la sculpture revisitées par le couple, amateurs de peinture néoclassique. Les Carter sont de retour à Paris ce samedi et ce dimanche pour deux concerts au Stade de France. 20 Minutes a tenté de trouver les deux stars au Louvre au fil des œuvres vues dans leur clip.

Le sacre de Napoléon signé de la main de David.

« C’est le tableau préféré de Jay-Z », lance un féru de musique pop à propos du Sacre de Napoléon de David. Lui n’est « pas là pour suivre le parcours ». Autour de lui, des visiteurs semblent comblés par l’œuvre monumentale qui trône là où chacun se bouscule pour son propre sacre sur pellicule. Casques audio visés sur les oreilles, un groupe de Coréens ne connaissaient pas les stars de la pop et reste confiant de « voir toutes les œuvres que compte le musée », et ce, « en une journée ». A l’énoncé du nom de Beyoncé, deux Américaines, visiblement émues par la référence, répondent « ne pas avoir programmé leur visite en marge du clip Apeshit » et pour cause « c’est notre première fois » avant de retourner à leur plan.

Face à la scène monumentale, Madame Récamier contemple le sacre de sa méridienne. Ici, les visiteurs tournent le dos à ce tableau volontairement inachevé par le peintre David. Des visiteuses italiennes touchées par « sa beauté » n’ont pas eu écho du parcours même si elles trouvent l’idée « intéressante ». C’est aussi ici, qu’en 2014, Blue Ivy, la fille du couple avait posé avec sa robe volante, sur une bouche d’aération, façon Marilyn Monroe.

On se fraye un chemin entre la foule pour rejoindre la Victoire de Samothrace, qui surplombe le grand escalier et dont l’emplacement forme un triangle avec les deux œuvres de David, citées plus haut. Sa main droite et son aile gauche ont été rénovées en 2016. La star de la pop culture est connue de quatre amies venues de NewYork, qui ne sont pas là pour le clip. « On aime plus l’art que Beyoncé », s’excusent-elles mais admettent avoir « adoré le clip ».

La Joconde de Léonard de Vinci

Le sens de l’orientation est confus et les stimuli nombreux lorsque l’on approche de La Joconde. Ici, le jeu est iconique, Beyoncé se met à la place de Mona Lisa. Adulée par des inconnus qui, extasiés, s’en prennent au jeu du « qui a la plus longue main ». Une touriste australienne ne « pouvait pas venir au musée du Louvre sans l’apercevoir ». Quant au parcours, elle espère pouvoir revenir pour le suivre mais pour cela il lui faudra « voir le clip » en amont.

Face à Mona Lisa, une immense toile signée Véronèse, Les Noces de Cana. Le clin d’œil des artistes à la culture afro-américaine est pointé sur ce serviteur noir. Une famille, venue d’Espagne, est ravie d’apprendre « ce détail que l’on ne voit pas » avant de déclarer « ne pas connaître les artistes américains ».

Au tournant, se trouve la Grande Galerie avec ses fauteuils Pierre Paulin où le couple Carter pose sous une lumière tamisée. Des poufs sur lesquels les visiteurs fatigués se jettent sans retenue. Un couple de touristes chinois, pour qui le plan du musée ressemble à du charabia, glisse « adorer Beyoncé mais ignorer l’existence du clip Apeshit » avant de tapoter sur un smartphone pour vite le découvrir.

En empruntant les dédales de galeries, on se rend dans l’aile Sully. Calme et aux couleurs chatoyantes, les murs sont ornés de peinture française du XVIIIe et XIXe siècle. C’est là que trône, dans la salle 935, le magnifique Portrait d’une femme noire de Marie-Guillemine Benoist. Assis, un couple américain le contemple longuement avant de mentionner être « déjà venus » et lance tel un rituel « nous venons toujours voir ce tableau ». Beyoncé et Jay-Z ? « Oui, nous connaissons et nous rendons à leur concert ce week-end, au Stade de France ». Pour eux, un autre chemin mène aux Carter.

Le parcours Beyoncé et Jay-Z du Louvre est autonome, chacun peut s’y rendre en suivant l’application du musée ou en imprimant le parcours avec les 17 œuvres. Afin de mieux profiter du musée, pensez aux nocturnes du musée du Louvre, le mercredi et le vendredi, jusqu’à 21 h 45.

>> A lire aussi : Paris: Le Louvre à nouveau le musée le plus visité du monde