Val-d'Oise: «J’étais en état de choc», un frère d’Adama Traoré condamné pour avoir frappé le gendarme qui lui a annoncé sa mort

JUSTICE Yacouba Traoré a regretté de s’être «jeté» sur le gendarme ...

A.B. avec AFP

— 

Justice Adama Traore - Illustration.
Justice Adama Traore - Illustration. — SEVGI/SIPA
  • Yacouba Traoré a été condamné à 60 jours-amendes à 10 euros pour s’être « jeté » sur le capitaine de gendarmerie qui avait pris la responsabilité d’annoncer à la famille la mort de son frère.
  • Trois jours d’incapacité totale de travail avaient été prescrits au gendarme.

« J’étais en état de choc, je me rappelle juste m’être jeté dessus », s’est défendu, Yacouba Traoré, 21 ans, le frère d’Adama, qui a été condamné à 60 jours-amendes à 10 euros pour s’être « jeté » sur le capitaine de gendarmerie qui avait pris la responsabilité d’annoncer à la famille la mort de son frère, mort après son interpellation en juillet 2016.

Lors de son procès à Pontoise, mardi, le frère d’Adama Traoré a dit « regretté » son geste à l’encontre d’un commandant de la compagnie de Persan (Val-d’Oise), et une de ses collègues. Yacouba Traoré a été relaxé des violences qui lui étaient reprochées à l’égard de deux autres gendarmes. Le parquet avait requis une condamnation à 90 jours-amendes à 8 euros, estimant que « la souffrance, le deuil n’excusent pas tout ».

Coup de poing, étranglement et chute

Le soir du 19 juillet 2016, le frère d’Adama, sa mère et plusieurs autres personnes s’étaient pressées devant la brigade de Persan pour avoir des nouvelles d’Adama. Ils avaient eu écho qu’il avait fait un malaise lors de son interpellation dans la ville voisine de Beaumont-sur-Oise. Adama Traoré était en fait déjà décédé depuis plusieurs heures et les autorités, redoutant des violences, avaient fait venir des renforts.

Vers 22h, le commandant de la compagnie décide de laisser entrer le frère et la mère d’Adama. « J’ai estimé qu’une maman devait être au courant », a-t-il expliqué à l’audience. Il avait précisé pendant l’enquête que « ni l’autorité administrative ni l’autorité judiciaire ne voulaient prendre la responsabilité d’annoncer la mort. » Quand il apprend la mort de son frère, Yacouba Traoré lui saute au cou qu’il enserre avec ses mains, selon les témoignages de l’officier et d’autres militaires. Les deux hommes chutent et la tête du capitaine percute le bitume. Il reçoit aussi un coup de poing. Trois jours d’incapacité totale de travail (ITT) lui seront prescrits.

Des antécédents judiciaires

Actuellement incarcéré dans le cadre d’une enquête sur l’incendie d’un bus à Beaumont-sur-Oise en novembre 2016, Yacouba Traoré avait été condamné en mars 2017 à 18 mois de prison ferme pour avoir participé à une expédition punitive contre un ancien codétenu d’Adama qui avait porté plainte contre ce dernier pour viol. La nouvelle de la mort d’Adama Traoré avait entraîné plusieurs nuits de violences dans Beaumont-sur-Oise – où réside la famille Traoré – et les villes alentour.

>> A lire aussi : Mort d'Adama Traoré, la juge prépare une reconstitution

>> A lire aussi: Un frère d’Adama Traoré soupçonné d'avoir racketté deux femmes sous curatelle