Paris: Les deux gérants d'un coffee-shop mis en examen

CANNABIS Le parquet de Paris a ouvert deux enquêtes préliminaires contre deux boutiques de la capitale se présentant comme des « coffee-shop »…

T.C.

— 

Coincé dans un cadre juridique flou, le CBD n’a toutefois rien d’illégal
Coincé dans un cadre juridique flou, le CBD n’a toutefois rien d’illégal — R.LESCURIEUX / 20Minutes
  • Deux gérants d’une boutique parisienne vendant un dérivé du cannabis ont été mis en examen vendredi pour infraction à la législation sur les stupéfiants.
  • Les établissements qui commercialisent des produits à base de cannabidol (CBD) se multiplient en France et notamment à Paris.

A peine ouverts, déjà fermés. Deux gérants d'un «coffee shop» parisien, proposant un dérivé légal du cannabis, ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire, indique le procureur de la République de Paris dans un communiqué publié ce vendredi. Leur boutique, située rue d’Aboukir, dans le 2e arrondissement, a été placée sous scellés et des investigations ont été demandées sur leur patrimoine.

Ces deux personnes avaient été interpellées ce mercredi par les enquêteurs de la brigade des stupéfiants de la PJ parisienne. L’enquête, ouverte le 11 juin, vise à vérifier si cette boutique respecte effectivement la législation sur les stupéfiants. Les établissements qui commercialisent des produits à base de cannabidol (CBD) se multiplient en France et notamment à Paris.

Ouverture d’une information judiciaire

Tous profitent d’un flou juridique qui autorise le CBD dès lors que la teneur en THC, composant du cannabis ayant un effet psychotrope, n’excède pas 0,2 %. Or, les échantillons prélevés dans le commerce de la rue d’Aboukir « présentent des taux respectifs de 0,26 % et 0,55 % de THC », souligne le parquet.

C’est la raison pour laquelle ces deux associés ont été déférés jeudi soir au parquet qui a ouvert une information judiciaire des chefs d’importation, acquisition, transport, détention, offre ou cession de stupéfiant, et de provocation à l’usage de stupéfiants.

Boutique placée sous scellés

Les policiers ont également interpellé mercredi le propriétaire d’un autre « coffee-shop » parisien, situé rue Amelot, dans le 11e arrondissement, pour les mêmes raisons. Lors d’une perquisition, ils ont saisi « deux types d’herbe de cannabis, de pollen de fleur compacté sous forme de barrettes, de poudre de cannabis (CBD) et d’huile CBD ». « Les analyses toxicologiques ont révélé des taux inférieurs à 0.2 % de THC », signale le procureur de la République.

S’il n’a pas été mis en examen, le gérant de l’établissement a lui aussi été déféré jeudi soir au parquet en vue de l’ouverture d’une information judiciaire des chefs d’importation, acquisition, transport, détention, offre ou cession de stupéfiant, et de provocation à l’usage de stupéfiants. Le parquet a requis son placement sous contrôle judiciaire avec un cautionnement et la boutique a été placée sous scellés.

>> A lire aussi : Ile-de-France: Les premiers «coffee-shops» de weed et cannabis au CBD ouvrent leurs portes

>> A lire aussi : Cannabis: Trois personnes arrêtées après des perquisitions dans des «coffee shop» parisiens