Paris: Comment la ligne 4 du métro sera totalement automatisée en 2022

TRANSPORTS Les premières portes palières de la ligne 4 viennent d’être installées à la station Mouton-Duvernet en vue de son entière automatisation…

A.B.

— 

Automatisation ligne 4 - Illustration.
Automatisation ligne 4 - Illustration. — A.B./20 Minutes
  • La ligne 4 est la deuxième ligne de métro la plus fréquentée à Paris après la ligne 1, elle est empruntée par 700.000 voyageurs par jour.
  • Le coût de l’automatisation de la ligne 4 est similaire à celui de la ligne 1, qui s’est élevé à 650 millions d’euros.

Attention à la double fermeture des portes. La RATP présentait, ce mardi, son chantier de modernisation et de rénovation de la ligne 4 qui a débuté en juin à Mouton-Duvernet. Dans cette station, les premières portes palières viennent d’être installées. Puis suivra la station Raspail. La mise en service des navettes automatiques se fera, elle, en 2020 avant que la ligne ne soit entièrement automatisée en 2022. Cela permettra « d’éviter 70 % des retards constatés aujourd’hui » par la RATP.

Cette mini-révolution verra le jour après la mise en service du prolongement de la ligne 4 vers Bagneux. Ainsi, la 4 deviendra la troisième ligne entièrement automatisée du métro parisien après la 1 et la 14. C’est parce que 700.000 voyageurs l’empruntent chaque jour, c’est la deuxième ligne de métro la plus fréquentée à Paris après la 1. Une ligne au « fort trafic atypique » constate Edgar Sée, chef de projet à la RATP, pour qui les stations desservent des lieux festifs, des destinations culturelles et touristiques.

Premières portes palières ligne 4 - Illustration.
Premières portes palières ligne 4 - Illustration. - A.B./20 Minutes

Un chantier colossal en vue de l’automatisation

Les 27 quais de la ligne 4 seront équipées de 1.062 portes palières, d’une hauteur de 2,50 m et de 5 m de long. La pose des façades vitrées se fera progressivement sur l’axe nord-sud. Leurs atouts ? Permettre de « mieux sécuriser les quais et garantir une qualité de service aux voyageurs », précise Edgar Sée. Le chef de projet mise sur « les chiffres de qualité » de la ligne 1 pour convaincre : 100 % du trafic en heures de pointe a pu être assuré après son automatisation, contre 92 % avant.

Autre innovation que n’ont pas connue les premières lignes automatisées : les nouvelles portes palières auront une seule motorisation pour les deux portes, un système qui doit faciliter la maintenance.

« Les travaux sont effectués de nuit afin de gêner le moins possible les voyageurs », lance Edgar Sée qui parle d’un coût de « 650 millions d’euros » avoisinant celui du chantier d’automatisation de la ligne 1. Le terminus au nord se verra doté de deux nouveaux aiguillages et un nouveau poste de commandement centralisé (PCC). Un chantier colossal qui nécessite la fermeture entre Barbès-Rochechouart et Porte de Clignancourt jusqu’au 26 juillet inclus. Par ailleurs, la ligne 4 fait l’objet d’un prolongement au sud avec la création de deux nouvelles stations : Barbara et Lucie Aubrac dont la mise en service est attendue pour 2021. En attendant, les chantiers majeurs de la RATP concerneront, cet été, le RER A et la ligne 11 du métro.

>> A lire aussi : Les travaux d'été de la RATP peuvent allonger jusqu'à 2 heures les temps de trajet