Rats à Paris: «La ville de Paris ne se creuse pas assez la tête sur la dératisation», estime le maire du XVIIe

INTERVIEW Depuis lundi, la mairie du XVIIe a lancé le site Internet signalerunrat.paris. En 24 heures, 50 cadavres de rats ont été signalés par les habitants de l’arrondissement…

Floréal Hernandez

— 

Geoffroy Boulard, le maire du XVIIe arrondissement de Paris, vient de lancer un site signalerunrat.paris.
Geoffroy Boulard, le maire du XVIIe arrondissement de Paris, vient de lancer un site signalerunrat.paris. — @Alain Guizard
  • A l’automne 2017, la mairie du XVIIe a fermé pendant deux mois le parc des Batignolles pour le dératiser.
  • Le maire Geoffroy Boulard légitime le lancement du site signalerunrat.paris par les nombreux signalements des habitants depuis un an et l’enjeu sanitaire de la dératisation.
  • L’édile pointe le dysfonctionnement entre les services de la ville de Paris pour lutter contre les rats.

Avec ce signalerunrat.paris, les rongeurs du XVIIe arrondissement de Paris sont faits comme des rats. En 24 heures, le site revendique, selon les chiffres donnés par la mairie d’arrondissement, « 770 signalements vérifiés et crédibles », « 50 cadavres signalés et ramassés » et « près de 6.500 utilisateurs uniques en 24 heures ». « Sur le site mobile, il a y 25 à 150 personnes connectées en direct », poursuit Geoffroy Boulard, maire du XVIIe et instigateur du site.

L’édile promet « aux habitants un suivi des opérations avec une mise à jour du site sur les zones de traitement des services de la ville de Paris et les cadavres de rats ramassés ». Geoffroy Boulard explique à 20 Minutes pourquoi il s’est saisi de cet « enjeu sanitaire » qui est une « préoccupation des Parisiens ».

Le XVIIe est-il particulièrement touché par les rats pour avoir lancé le site signalerunrat.paris ?

Le XVIIe est touché. Plus que les autres ? Je ne sais pas, je me focalise sur notre terrain. Depuis septembre 2017, il y a eu beaucoup de signalements d’habitants, de parents d’élèves, de parents d’enfants en crèche sur la présence de rats. J’ai fait la visite d’une crèche qui était encerclée par des terriers après avoir été alerté par des parents qui ne voulaient plus y placer leurs enfants. Là, j’ai vu le dysfonctionnement entre les services : ceux propriétaires des murs, des espaces verts et de la petite enfance. En octobre, j’ai pris la décision de fermer le parc des Batignolles deux mois pour le dératiser. On a également fait une campagne d’affichage préventive sur le ramassage des déchets et ouvert une ligne téléphonique gratuite pour répondre aux urgences. A la ville de Paris, il n’y a aucun numéro pour alerter sur les rats.

Signalerunrat. paris, la ligne téléphonique, ce sont des charges supplémentaires pour les services de l’arrondissement ?

Oui, mais c’est un outil qui permet de rationaliser les signalements, le travail de mon équipe. Pour la mairie, c’est un outil précis, précieux qui donne la date, l’heure, le lieu de signalement. C’est un outil opérationnel, pas un gadget. Mardi matin, on a extrait les données et on les a transmises aux services centraux de la ville de Paris, à ceux déconcentrés de l’arrondissement. On n’a pas encore eu un retour de la mairie de Paris. Le site et la ligne sont gérés par deux de mes collaborateurs dans le cadre de leur fonction. C’est une tâche supplémentaire, mais il n’y a pas eu de création de poste. Le site a été créé en interne, sans passer par un prestataire extérieur. Il a simplement coûté à la mairie le nom de domaine et l’hébergement, soit 83 euros.

Quand on signale un rat mort, c’est facile de le retrouver. Mais un rat, ça bouge. Si on signale la présence d’un rongeur, rien ne dit que son terrier est à côté.

Oui, un rat ça se ballade. Mais quand on regarde la carte des signalements souvent on retrouve des zones que l’on connaissait. L’intérêt de la cartographie, c’est que les services peuvent se focaliser sur une adresse où lancer une action de dératisation. Sur le site, on pourra alors signaler les zones en traitement et répondre ainsi aux signalements des habitants.

Ce site Internet pourrait-il être développé pour d’autres écueils parisiens comme les déchets dans la rue, un stationnement gênant, etc. ?

On a d’autres idées mais pour l’instant on est focus sur cet objectif des rats. Ce n’est pas un coup médiatique, on veut prouver son efficacité. Des Parisiens nous demandent d’étendre signalerunrat.paris à d’autres arrondissements. On y va étape par étape. On ne veut pas perdre de son efficacité, ni le dévoyer. On veut apporter un outil pour faire bouger les services, permettre une meilleure coordination.

Selon vous, la lutte contre les rats à Paris n’est pas efficace ?

On peut aller plus loin sur les techniques de dératisation. A la ville, on ne se creuse pas assez la tête. Elle utilise des boîtes noires que l’on place dans les plates-bandes hors de portée des enfants et une autre technique plus chère d’une grosse boîte qui piège sans souffrance l’animal. Une boîte coûte 1.000 euros et ce dispositif n’est pas déployé partout. Des études scientifiques disent que les rats se sont adaptés aux poisons. La ville devrait être plus innovante.

>> A lire aussi: «Les rats sont même utiles en termes de propreté», explique un expert en hygiène et sécurité

>> A lire aussi: La vidéo choc d'un éboueur qui a filmé des dizaines (centaines?) de rats dans une poubelle de Paris

>> A lire aussi: «En quarante ans de métier, c’est la première fois que je vois autant de rats»