La mairie de Paris organise une réunion pour penser l'après «Autolib'»

REUNION La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, organise une réunion avec les constructeurs automobilespour discuter d'alternatives à Autolib'... 

20 Minutes avec AFP

— 

Une Autolib' à Paris. (Illustration)
Une Autolib' à Paris. (Illustration) — A. GELEBART / 20 MINUTES

La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, réunit ce lundi après-midi des constructeurs automobiles pour discuter d’alternatives à Autolib'. En cause : le grave déficit de ce service d'autoportage dont Vincent Bolloré est le concessionnaire. Les constructeurs français Renault et PSA devraient répondre à l’invitation de l’édile, tout comme plusieurs start-up.

Le but de la réunion est de « discuter de l’avenir de l’autopartage », selon une porte-parole de la mairie, confirmant une information des Echos. L’exécutif parisien est en froid avec le groupe Bolloré depuis que celui-ci lui a demandé, ainsi qu’aux autres collectivités utilisatrices du service, d’éponger la majorité de la dette d'Autolib' - 293,6 millions d’euros d’ici à la fin de la concession avec la mairie, en 2023, d’après les services de l’industriel breton.

Une exigence « abracadabrantesque »

Le contrat d’exploitation d’Autolib' prévoit que le concessionnaire apure une dette maximale de 60 millions d’euros. Vincent Bolloré a demandé aux pouvoirs publics de payer 46 millions d’euros par an pour combler le reste du gouffre budgétaire.

Une exigence « abracadabrantesque » pour Anne Hidalgo, qui a promis d'« expertiser le pourquoi de cette somme ». Contactée lundi matin, la mairie de Paris confirmait cependant l’absence d'« avancées récentes » sur la question de la dette.