Paris: Les élus d’opposition sortent un «dictionnaire» pour moquer la «novlangue» d’Hidalgo

POLITIQUE Les élus du groupe LRI (Les Républicains et Indépendants) au Conseil de Paris vont publier un dictionnaire pour « comprendre Anne Hidalgo »…

Romain Lescurieux

— 

La maire de Paris Anne Hidalgo. (illustration)
La maire de Paris Anne Hidalgo. (illustration) — STEPHANE ALLAMAN/SIPA
  • « Au-delà d’un rire libérateur, c’est un moyen de dénoncer ces mots qui cachent ou travestissent la réalité », explique à 20 Minutes, Florence Berthout.
  • Ce dictionnaire sera disponible la semaine prochaine sur le site Internet du groupe LRI.

Parlez-vous le Hidalgo ? Florence Berthout, présidente du groupe LRI (Les Républicains et Indépendants) au Conseil de Paris, va publier la semaine prochaine un « dictionnaire », « pour comprendre Anne Hidalgo dans le texte ». Ainsi, quand la maire de Paris évoque une « dynamique naturelle à la salissure », l’opposition traduit par « encrassement » ou encore par « amende » quand l’édile met en place un « forfait post-stationnement » dans la capitale.

Florence Berthout, en 2014, dans son bureau
Florence Berthout, en 2014, dans son bureau - ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

« Au-delà d’un rire libérateur​, c’est un moyen de dénoncer l’instrumentalisation de la langue française et de ces mots qui cachent ou travestissent la réalité », explique à 20 Minutes, Florence Berthout qui a eu l’idée de ce « petit dico » « à force d’entendre et de lire certaines terminologies dans les communications de la mairie ». « J’étais gênée et estomaquée », poursuit-elle. « Molière avait raison, le vide se cache souvent derrière le vernis d’un langage savant », note-t-elle même dans l’édito.

Une soixantaine de phrases décortiquées et moquées

Elle a donc demandé à ses équipes de retrouver et sourcer chaque expression de « novlangue » à la sauce Hidalgo et de les lister de A à Z. A l’arrivée, plus d’une soixantaine phrases sont décortiquées et moquées. Le tout avec une finalité évidemment politique.

« A coup d’euphémismes et de périphrases, Anne Hidalgo et ses équipes se sont fait une spécialité de travestir la réalité dès qu’elle leur déplaît. C’est ainsi que la hausse vertigineuse des taxes et redevances est rebaptisée “modernisation tarifaire” », mentionne-t-elle, avant d’ajouter : « Anne Hidalgo fait le choix délibéré de dévoyer les mots pour ne pas avoir à nommer une réalité qui est un démenti de sa politique », tacle-t-elle. « C’est aussi redoutable que dangereux et malsain. Moi je dis les choses telles qu’elles le sont. En politique, il faut appeler un chat un chat ».