Paris: Des logements sociaux en pierres massives s’érigent de nouveau dans la capitale

PLANETE L’agence d’architecture Barrault et Pressacco inaugure son projet de logements sociaux réalisé en pierre massive dans la capitale ce lundi. Un matériau souvent oublié pour la construction d’habitats depuis quelques années…      

Caroline Sénécal

— 

Rue Oberkampf, au numéro 62, dix-sept logements et un commerce prennent place ce lundi.
Rue Oberkampf, au numéro 62, dix-sept logements et un commerce prennent place ce lundi. — Barrault Pressacco
  • Dix-sept logements sociaux et un commerce voient le jour au numéro 62 de la rue Oberkampf, ce lundi.
  • Dans les années 1950, l’industrialisation de la région Ile-de-France contribue à l’avènement et la forte utilisation du béton.
  • Avec la pierre massive, aucun ajout de matériau supplémentaire n’est indispensable. La prise en compte des enjeux environnementaux est respectée.

Impossible de rester de pierre face au numéro 62 de la rue Oberkampf, à Paris. Ce lundi, pas moins de dix-sept logements sociaux et un commerce y voient le jour. Une construction ambitieuse qui mêle tradition et innovation en plein cœur du XIe arrondissement de la capitale.

Entre un bâtiment faubourien et une rénovation haussmannienne de la deuxième moitié du XIXe siècle, les architectes Thibaut Barrault et Cyril Pressacco prouvent ainsi leur intérêt pour la pierre massive et donnent un coup de jeune aux ouvrages du passé. « La question du renouveau à travers la tradition architecturale se trouve au cœur de ce projet », précise Cyril Pressacco, cogérant de l’agence d’architecture Barrault & Pressacco.

« Il existe une filière de la pierre dans le bassin de Paris »

En 2012, le choix d’utiliser la pierre massive apparaît comme une évidence pour les deux artistes, lorsqu'ils remportent le concours réalisé par la régie immobilière de Paris. « Du point de vue de la matière première qu’on sollicite ici, son intérêt principal reste sa proximité, à moins de 80 kilomètres. Il existe une filière de la pierre dans le bassin de Paris qui permet de fournir suffisamment de moyens et de promouvoir le local. » Avec un budget de 3,2 millions d’euros pour 1.085 m2, l’opération répond à des enjeux techniques et économiques actuels, présents dans les grandes villes.

L’immédiate transformation, entre la matière dans le sol et son devenir architectural, constitue un avantage important dans l’utilisation de la pierre de taille pour Cyril Pressacco.

Développement durable et pérennité de la structure

Avec aucun ajout de matériau supplémentaire, la prise en compte des enjeux environnementaux est respectée. « A l’heure de la COP 21, le béton et son empreinte carbone sont remis en question, précise Cyril Pressacco. Nous n’assistons pas à un retour de la pierre pour des raisons patrimoniales ou traditionnelles, mais nous tentons aujourd’hui de provoquer un renversement des tendances avec ce matériau. Nous souhaitons que les matières avec une empreinte carbone forte soient utilisées avec parcimonie.»

Rue Oberkampf, les architectures ont eu recours au béton pour des parties très spécifiques du bâtiment. Avec les planchers en bois et les façades en pierres, les constructeurs ont souhaité promouvoir le développement durable et assurer la pérennité de la structure.

Un renouveau dans les villes

Tout comme le bois et la terre crue, la pierre fait l'objet d'un regain d'intérêt chez les architectes aujourd'hui. Dans les années 1950, l’industrialisation de la région Ile-de-France contribue pourtant à l’avènement et la forte utilisation du béton. Ce nouveau moyen de construction est mis en avant. 

De nombreuses carrières sont rachetées et la pierre massive tombe dans l’oubli. Le béton se substitue à tous les autres matériaux de construction. A présent, la pierre de taille, matière finie donc inépuisable, retrouve sa légitimité dans la construction.