Blocage des Universités: Les étudiants de Paris 1-Tolbiac passent leurs examens à Rungis

EXAMENS Les partiels de la fac de Tolbiac ont été délocalisés au centre d’examen privé de Rungis dans le Val-de-Marne…

— 
Le centre d'examens privé Jean-Monet à Rungis.
Le centre d'examens privé Jean-Monet à Rungis. — Capture Google street

Problème : l’accès est compliqué. Occupé durant plusieurs semaines, le campus de Tolbiac a été dégradé et est dans l’incapacité d’accueillir actuellement des partiels. Pour leurs examens du second semestre, les étudiants de l’université doivent donc se rendre à l’espace Jean-Monet de Rungis, situé à une dizaine de kilomètres au sud de Paris. « Nous avons décidé de louer l’un des sites disponibles pour faire composer tous les étudiants jusqu’au 18 mai », a assuré l’université dans Le Parisien.

Malheureusement, le centre d’examens privé n’est pas très bien desservi par les transports. A cela, il faut ajouter la grève de la SNCF. Jeudi dernier par exemple, un seul RER C desservant Rungis sur trois, circulait. Pour pas mal des 18.000 étudiants habitants sur toute l’île de France et obligés d’y passer au moins un examen, y accéder s’avère parfois compliqué.

Certains dorment à l’hôtel

Le quotidien explique que Pablo, originaire de Rueil-Malmaison dans les Hauts-de-Seine, a mis une heure trente ce mardi pour venir composer son épreuve d’espagnole. Quand à Ana, étudiante en master 1 d’économie internationale, elle a dû se lever 4 heures plus tôt pour ne pas louper son examen d’anglais.

Pour s’épargner la galère des transports en commun, des étudiants optent pour des plans B, voir C. Certains choisissent le covoiturage et d’autres de dormir dans un hôtel à Rungis. Si l’université tolère une heure de retard aux étudiants, un autre problème vient s’ajouter à celui des transports.

Selon plusieurs étudiants, les conditions d’examen seraient « catastrophiques ». En effet, avec le va-et-vient des camions du marché de Rungis, les avions au bord des pistes de l’aéroport d’Orly et des salles d’examen qui résonnent, certains auraient beaucoup de mal à se concentrer.

>> A lire aussi : VIDEO. Evacuation de Tolbiac: Retour sur la naissance d'une fake news