VIDEO. Paris: «R2D2» dans le métro? On vous présente le robot qui nettoie les couloirs à Châtelet

TRANSPORT Jeudi, la RATP a expérimenté son nouveau robot balayeur autonome dans les couloirs de Châtelet-les-Halles…

Caroline Sénécal

— 

Il s’agit du premier robot nettoyeur entièrement autonome.
Il s’agit du premier robot nettoyeur entièrement autonome. — Caroline Sénécal/20 Minutes
  • Cette balayeuse autonome a été développée par la start-up française Fybots.
  • Le robot peut travailler jusqu’à 12 heures pour nettoyer des surfaces de 30.000 m².
  • Chaque jour, sept millions de voyageurs utilisent le métro et le RER, sur les 1,3 million de m² d'espaces du réseau parisien.

Nettoyer les quais, ramasser les chewing-gums, les cannettes et la poussière… Chaque jour, les agents de propreté de la RATP s’emploient à collecter 10.500 sacs-poubelle. Un nettoyage qui représente 450.000 heures de travail par an. Une réalité bientôt désuète. Dans les couloirs du métro parisien, les Franciliens pourront bientôt croiser le chemin d’un nouvel usager insolite, pour le moins révolutionnaire…

S’il ne mesure pas plus d’un mètre de hauteur, ce drôle de cube noir, marqué du logo de la RATP, dispose de bien des qualités. Il s’agit du premier robot nettoyeur entièrement autonome, développé par la start-up Fybots. « Nous lui indiquons simplement les missions qu’il a à réaliser au préalable, explique Yoann Devulder, fondateur et président de la société française, créée en 2010. Il effectue son travail, avec une autonomie de douze heures. Lorsqu’il remplit son réservoir de 40 litres, il retourne à sa base pour se vider automatiquement. Il recharge également ses batteries tout seul. »

80 millions d’euros pour la propreté

A 19 heures ce jeudi, les nombreux passants curieux, d’habitude pressés par le temps dans les couloirs de Châtelet-les-Halles, stoppent leur course pour observer quelques minutes la machine en plein travail. Pour la RATP, l’objectif reste de dispenser les agents de propreté de ces tâches répétitives à faible valeur ajoutée. « Nous sommes confrontés, chaque jour, à beaucoup de poussières liées aux travaux dans nos espaces, précise Jean Baranger, responsable de la propreté à la RATP. La grande force de ce robot reste sa capacité à aspirer les cannettes et les bouteilles dans de grands halls, sur tous les types de surfaces et de sols. » La régie de transports ignore encore si elle passera plusieurs commandes. Pour éviter un éventuel désagrément auprès des voyageurs pendant les heures de pointe, le robot travaillera de nuit dans un premier temps.

Fin 2017, la société a expérimenté une auto laveuse autonome, aujourd’hui opérationnelle en gare de la Défense. Elle met en place une série d’expériences et d’innovations, en matière de propreté. « Nous souhaitons neutraliser les mauvaises odeurs dans les stations de métro et de RER dans les prochains mois, souligne Jean Baranger. Les clients peuvent également signaler en temps réel les déchets qu’ils croisent à bord des trains, via l’application monrerA. » Le marché propreté de la RATP représente 80 millions d’euros par an avec 370 stations et gares à entretenir.

>> A lire aussi : Un robot-poubelle, Gare de Lyon, pour changer le comportement des voyageurs