Paris: Les scooters partagés trois roues démarrent dans la capitale

TRANSPORT Le service Troopy offre aux Parisiens la possibilité de se déplacer en 125 cm3 dans l'ensemble du Grand Paris à moindre coût...

Caroline Sénécal

— 

Les scooters sont disponibles dans les "zones Troopy" 24/24.
Les scooters sont disponibles dans les "zones Troopy" 24/24. — Caroline Sénécal/20 Minutes
  • Après les scooters électriques partagés dans Paris, Troopy met à disposition 150 trois-roues Yamaha 125 cm3 en Ile-de-France.
  • Les trois-roues seront disponibles dans six zones de Paris, à partir de septembre. Ils pourront être réservés et restitués 24h/24 et 7/7.

D’un seul clic, les problèmes d’embouteillage ou les retards des transports en commun ne seront bientôt plus qu’un lointain souvenir en Ile-de-France. Le groupe Chapat, spécialiste de la distribution de motocycles et d’automobiles, lance Troopy, un service de scooters partagés de 125 cm3 dans la capitale.

Quel est le concept ?

Dès le mois de septembre, la flotte de Troopy sera équipée de 150 trois-roues, avec un système sans clef en Ile-de-France. Un casque, un top-case, et un support de smartphone universel seront fournis. Une fois réservé via l’application, le scooter peut être emprunté le temps d’un rendez-vous ou la durée un week-end. Après la course, l’important reste de le garer sur un emplacement destiné aux deux-roues.

Pour développer son projet, le groupe s’est associé à Yamaha Motor Europe. « Grâce au moteur thermique, l’autonomie de nos véhicules reste bien supérieure à celle des scooters légers électriques présents sur le marché », explique le président du constructeur Eric de Seynes. Le dispositif actuel va cependant permettre de connaître l’usage et les distances nécessaires des clients, pour créer un futur véhicule adapté électrique, sans dégrader l’offre de Troopy.

A qui s’adresse le service ?

Essentiellement aux Parisiens, plus précisément aux 27 % d’entre eux qui se déplacent hors de la capitale. Certains axes – tels que les tunnels, le périphérique ou encore les voies sur berge – restent interdits aux scooters de 50 cm3. Aujourd’hui, il est pourtant difficile de traverser rapidement la capitale d’Est en Ouest, de se rendre à l’aéroport, ou encore d’effectuer un trajet Paris-banlieue sans emprunter ces infrastructures. « Il n’existait aucun service pour faciliter le déplacement sur moyennes distances », précise Axel Vilaseca, président de Troopy et directeur général de Chapat. Le projet s’inscrit comme le premier service de scooters partagés à la hauteur du Grand Paris.

Plan de quelques zones couvertes par le dispositif.
Plan de quelques zones couvertes par le dispositif. - Troopy/Troopy

Pour se rapprocher des besoins des usagers, les trois-roues seront disponibles dans des zones bien définies. De Porte Maillot à la Concorde, une trentaine de véhicules seront proposés. D’autres zones ont été pensées à Madeleine, à Bastille, à Montparnasse, ainsi qu’au cœur de Boulogne et d’Issy-les-Moulineaux, pour une première expérience hors de Paris. Ce périmètre est susceptible de s’étendre dans les années à venir.

Combien ça coûte ?

Aucun abonnement n’est à souscrire, il suffit d’être âgé de plus de vingt ans et titulaire du permis A ou B, avec une formation 7 heures. Pour une heure d’utilisation, une demi-journée ou un week-end, le paiement est dégressif. Le prix de la location varie de 30 centimes la minute, à 0,015 centime au-delà des douze heures.