Paris: Des champignons cultivés dans la cave d'un supermarché

REPORTAGE La start-up La boîte à champignons récupère du marc de café en Ile-de-France pour cultiver des champignons dans la cave d’un Monoprix…

Caroline Sénécal

— 

27 kilos de pleurotes sont ramassés chaque semaine dans la cave du Monoprix Saint-Augustin.
27 kilos de pleurotes sont ramassés chaque semaine dans la cave du Monoprix Saint-Augustin. — Caroline Sénécal/20 Minutes
  • Des personnes issues de l’insertion professionnelle récupèrent du marc de café en Ile-de-France et le transforment en pleurotes dans la cave du magasin Monoprix Saint-Augustin (VIIIe arrondissement de Paris).
  • 27 kg de pleurotes sont récupérés chaque semaine.
  • Un deuxième site de production de pleurotes se trouve dans les Yvelines, près de Versailles.

Imiter la nature, mais limiter les déchets. Depuis octobre 2017, Cédric Péchard, Arnaud Ulrich et Grégoire Bleu, trois jeunes producteurs de champignons passionnés d’agriculture urbaine et d’économie circulaire, cultivent et donnent vie à 27 kg de pleurotes chaque semaine… au cœur de la cave du  Monoprix Saint-Augustin (VIIIe arrondissement de Paris). À première vue, ce magasin semble ordinaire. Il possède pourtant une surprise innovante… Le supermarché permet à la start-up «La boîte à champignons» de développer son activité.

En poussant la porte grise du premier étage du magasin, à l’accès interdit au public, on descend les marches exiguës de l’escalier étroit de la cave, pour slalomer entre les importantes réserves de nourriture. Une porte, ordinaire au premier abord, renferme les secrets d’une agriculture urbaine et solidaire. Une vague de vapeur et une certaine fraîcheur se dégagent immédiatement de la pièce. « Nous recréons les conditions climatiques d’un sous-bois, détaille Maximilien Koegler, responsable des ressources et du développement de la start-up La boîte à champignons. La lumière doit être faible pour imiter le caractère ombrageux des arbres dans la nature. »

27 kilos de pleurotes sont ramassés chaque semaine dans la cave du Monoprix Saint-Augustin.
27 kilos de pleurotes sont ramassés chaque semaine dans la cave du Monoprix Saint-Augustin. - Caroline Sénécal/20 Minutes

 

Deux longues rangées de champignons gris sont suspendues dans des sacs en plastique. Chacun contient une vingtaine de litres de substrats, et permet la production d’une vingtaine de végétaux. « Nous transformons le marc de café collecté en Ile-de-France pour cultiver des pleurotes, explique Maximilien Koegler. Il s’agit d’un biodéchet inutilisé, pourtant produit en million de tonnes en ville. »

Vers une agriculture zéro déchet

« Le marc de café était considéré comme un détritus par les habitants, ajoute Maximilien Koegler. Nous souhaitions trouver la meilleure valorisation possible de ce résidu urbain. » À raison de récolter 27 kg de champignons chaque semaine, l’objectif de cette agriculture urbaine est atteint via ce déchet collecté depuis 2012 par La boîte à champignons, transformé via une association d’insertion et revalorisé en un produit alimentaire pour les restaurants étoilés de Paris. « Nous le confions ensuite aux maraîchers pour fertiliser leurs cultures », précise Maximilien Koegler, en enfilant ces gants bleus en caoutchouc. Il attrape une cagette en bois et récupère les pleurotes qui sont parvenus à percer le sac et mûrir suffisamment.

La production de substrats permet également de fabriquer des lots de culture, afin que les particuliers puissent à leur tour faire pousser des champignons dans leur cuisine avec les kits « kipousse ». Des bars à pleurotes sont implantés dans différents Monoprix en Ile-de-France. Un deuxième site de production se trouve dans les Yvelines, près de Versailles, pour cultiver une tonne de champignons par mois. Petite précision : les pleurotes n’ont pas le goût du café !

 >> A lire aussi : Du basilic, de la menthe, du thym… Des jardins urbains poussent sur les toits de la RATP à Paris.

>> A lire aussi: Une carte localisant les bons coins à champignons provoque la colère des cueilleurs