«C'est le Meetic du logement social», Paris met en place l'échange d'appartement HLM entre locataires

LOGEMENT A Paris, il y a un délai d’attente de sept ans pour obtenir un logement social. Une fois que l’on en a un, difficile d’en bouger…

Floreal Hernandez
— 
Un logement social à Paris. (Illustration)
Un logement social à Paris. (Illustration) — MARTIN BUREAU / AFP
  • En septembre, deux locataires de logements sociaux de Paris pourront s’échanger leurs appartements via une plateforme internet sous réserve de l’autorisation des bailleurs.
  • A Paris, on compte 200.000 logements sociaux, soit 21 % du parc immobilier.
  • La capitale va intégrer, à partir de juin, à titre expérimental deux Parisiens à la commission d’attribution des logements sociaux.

La ville de Paris poursuit son opération simplicité pour le logement social. Après la mise en place des dossiers anonymes, d’un système de cotation des demandeurs ou de la possibilité donnée aux Parisiens d’assister aux commissions d’attribution des HLM, la capitale va permettre à partir de septembre l’échange de logements HLM entre locataires. Une mesure censée « déverrouiller le système des logements sociaux », selon Ian Brossat, adjoint PCF de la maire de Paris en charge du logement.

Cette permutation de logements sera possible « en un clic », selon Ian Brossat. Désormais, un locataire HLM après accord de son bailleur pourra entrer en contact avec un autre locataire via une plateforme internet pour échanger son logement. « On a fait le constat qu’un quart des demandeurs de logements sociaux sont déjà locataires HLM. Parmi eux, 50 % veulent un logement plus grand. D’autres en désirent un plus petit ou souhaitent changer de quartier », détaille l’adjoint. Avec la plateforme, il sera possible de passer d’un bailleur à un autre sans difficulté, ceux-ci vérifieront toutefois si les conditions d'accès au logement social sont remplies. Ce système de troc de logements sociaux existe déjà à Grenoble, Toulouse ou Montreuil.

Deux Parisiens « volontaires » en commission d’attribution des logements sociaux

Dans la capitale, plusieurs dizaines de bailleurs sociaux gèrent les 200.000 logements où vivent 450.000 personnes. Dans les faits, les trois bailleurs sociaux liés à la ville de Paris représentent près de 90 % du parc. L’ambition de Ian Brossat est de voir cet échange de logements sociaux entre locataires étendu à l’Ile-de-France au premier trimestre 2019. « C’est le Meetic du logement social », assène l’élu, content de sa punchline.

Après avoir ouvert les commissions d’attributions des logements sociaux aux Parisiens, la ville de Paris va leur permettre de voter. Cette mesure va être testée à partir de juin et si elle est concluante « systématisée en septembre, indique Ian Brossat. Les Parisiens contribuent par leurs impôts au budget du logement social, logique qu’ils y participent. »


Techniquement, deux Parisiens « volontaires et tirés au sort » participeront chaque jeudi à la commission d’attribution des logements sociaux de la ville de Paris aux côtés de deux élus et de deux représentants des associations. Les citoyens participants seront formés sur le fonctionnement de la commission en amont pour discuter des 40 à 50 dossiers hebdomadaires. « On attribue plus de 2.000 logements sociaux par an », détaille Ian Brossat. Soit 1/6e des attributions annuelles, les autres sont le fait du préfet, de la région, des mairies d’arrondissement, d’Action logement.