Val-de-Marne: Ils manifestent contre une prison dans le centre-ville de leur commune

SOCIETE Plus de 1.000 personnes ont manifesté dans Limeil-Brévannes contre la possible installation d’une « prison ouverte » dans le centre-ville de cette commune du Val-de-Marne…

Floréal Hernandez

— 

Une prison. (Illustration)
Une prison. (Illustration) — C. Allain / 20 Minutes

Ils ne veulent pas d’une « prison ouverte » dans le centre-ville de leur commune. Un cortège de 1.200 personnes – selon la police municipale – a défilé dans les rues de Limeil-Brévannes, ville de 25.000 habitants dans le Val-de-Marne à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Paris, ce samedi. A la tête de la manifestation, des élus avec leurs écharpes tricolores.

Limeil-Brévannes (Val-de-Marne).
Limeil-Brévannes (Val-de-Marne). - Maps4News

C’est la maire Les Républicains Françoise Lecoufle qui avait appelé à cette marche à travers la ville contre cette possible installation d’une «prison ouverte » sur un terrain appartenant à l’Etat et situé dans le centre-ville.

« Des prisons de meilleure qualité plus dignes, mais pas n’importe où »

« Ce projet d’établissement pénitentiaire met gravement en danger deux choses : le projet de téléphérique que nous attendons depuis 10 ans, et aussi la réalisation d’une zone d’activité économique qui doit apporter à notre ville 3.000 emplois », a déclaré devant l’hôtel de ville la maire Françoise Lecoufle. Debout sur une estrade aux côtés du sénateur UDI Laurent Lafon et du député PS Luc Carvounas, elle a dénoncé un manque « d’information » et de « concertation », demandant « l’arrêt officiel de ce projet inadmissible ».

>> A lire aussi: Le nombre de détenus continue d’augmenter en Europe, les prisons sont «presque pleines»

« Nous sommes tous convaincus qu’il faut des prisons de meilleure qualité, mieux équipées, plus dignes, mais pas n’importe où, n’importe comment », a aussi déclaré la sénatrice LR Catherine Procaccia.

Sollicité par l’AFP, le porte-parole du ministère de la Justice a indiqué concernant le projet de « prison ouverte » que « rien n’est arrêté ». que « tout est au stade de l’étude préliminaire. A ce stade, rien n’est décidé ». Il a précisé que le député de la 3e circonscription du Val-de-Marne avait été « tenu informé des projets en cours », tout comme la maire de Limeil-Brévannes.

La réforme de la justice présentée le 18 avril

Six de ces structures « à sécurité adaptée », qui concernent des détenus purgeant des courtes peines ou des reliquats inférieurs à 2 ans, devraient être mises en place en Ile-de-France, a précisé le porte-parole.

>> A lire aussi: Pourquoi Macron veut s'attaquer aux courtes peines de prison?

Un rapport rendu mercredi par des députés propose de construire, d’ici 2022, 18 « centres pénitentiaires de réinsertion » de 150 places maximum chacun, inspirés de ce qui fonctionne dans plusieurs pays d’Europe. La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, avait déjà annoncé début mars la création d’une « quinzaine » de prisons ouvertes pour des détenus en fin de peine d’ici 2022.

La garde des Sceaux doit présenter le projet de réforme de la justice le 18 avril en Conseil des ministres.