Paris: La mairie veut créer une centaine de «bulles» pour les sans-abri

PARIS Outre une centaine de ces « petites bulles » dont les dimensions n’ont pas été précisées, la mairie veut créer un bain-douche réservé aux femmes, des bagageries et de nouveaux restaurants solidaires...

20 Minutes avec AFP

— 

Le froid touche d'abord les sans-abri, déjà fragilisés par la rue.
Le froid touche d'abord les sans-abri, déjà fragilisés par la rue. — WILLIAM ABENHAIM/SIPA

La mairie de Paris a annoncé mardi soir son souhait de créer « une centaine de petites bulles », disposées dans les rues de la capitale, pour abriter les sans-abri la nuit et augmenter le nombre de places d’hébergement.

« Il manque au moins 3.000 places d’hébergement », a estimé au cours d’une conférence de presse Dominique Versini, adjointe en charge des solidarités et de la lutte contre l’exclusion.

>> A lire aussi : 850 places d'hébergement d'urgence supplémentaires

Pour répondre aux besoins, la mairie de Paris va créer « une centaine de petites bulles » (dont les dimensions n’ont pas été précisées), un « bain-douche réservé aux femmes », une bagagerie par arrondissement pour que les sans-abri puissent y déposer leurs affaires, et « deux nouveaux restaurants solidaires », a annoncé Dominique Versini. Elle a par ailleurs précisé qu'« au moins la moitié » des 3.000 places manquantes seront créées, sans préciser le calendrier.

88 % des personnes recensées sont des femmes

Lors de la Nuit de la solidarité, organisée mi-février, près de 3.000 personnes vivant à la rue avaient été recensées dans la capitale, un chiffre « probablement très en-dessous de la réalité » selon la Mairie de Paris. Cette situation relève « d’une urgence absolue », a déclaré mardi soir la maire de Paris Anne Hidalgo, estimant qu’il fallait « inventer des outils nouveaux. » « Il y a aujourd’hui 16.000 places permanentes tous les jours, et il faut aller au-delà », a-t-elle poursuivi.

>> A lire aussi : Une amende de 200 euros pour un SDF qui mendiait dans le métro

Sur les 2.952 personnes décomptées dans la rue à Paris, les deux tiers ont entre 25 et 54 ans, et 88 % sont des femmes et près de la moitié sont en errance depuis au moins un an, selon les résultats de l’étude menée lors de la Nuit de la solidarité.

En février, après plusieurs polémiques sur le nombre de personnes à la rue, le gouvernement avait fait valoir que 13.000 places d’hébergement d’urgence avaient été créées cet hiver.