Paris: Une société chargée de la surveillance du stationnement aurait réalisé des milliers de contrôles fictifs

FRAUDE « Le Canard enchaîné » révèle dans son édition du jour que des salariés de la société Streeteo en charge d’une partie de la surveillance du stationnement à Paris depuis le 1er janvier auraient fait des milliers de contrôles fictifs…

F.H. avec AFP

— 

Les nouveaux tickets pour les amendes pour stationnement dans Paris. (Illustration)
Les nouveaux tickets pour les amendes pour stationnement dans Paris. (Illustration) — MASTAR/SIPA

La Ville de Paris va-t-elle mettre à l’amende la société Streeteo, chargée de surveiller le stationnement dans la capitale ? La municipalité lui a en tout cas « rappelé ses obligations » après des « contrôles bidon », annonce Le Canard enchaîné ce mercredi.

La Mairie de Paris a indiqué, confirmant l’info parue dans l’hebdo satirique, dans un communiqué qu’elle avait constaté que des « relevés des contrôles effectués par l’entreprise Streeteo faisaient état d’un taux anormalement élevé de véhicules exemptés du paiement du stationnement ».

>> A lire aussi: Tarifs, amendes, contrôles… Qu’est ce qui a changé pour le stationnement au 1er janvier 2018?

Des mesures disciplinaires contre un cadre de Streeteo

Le Canard enchaîné cite des agents de Streeteo, qui, pour remplir leurs quotas, saisissaient sans quitter leur bureau des immatriculations de véhicules flashés par les véhicules « Lapi », en prétendant les contrôler. Ils entraient ensuite, pour motif de non-verbalisation, des explications type «PMR» (personne à mobilité réduite) ou « autre ».

« Aucun véhicule n’a été verbalisé à tort », assure la Ville qui précise avoir « convoqué immédiatement [les dirigeants de] Streeteo pour leur demander des explications ». Ceux-ci ont « diligenté une enquête interne qui a confirmé un dysfonctionnement » et annoncé des mesures disciplinaires contre un cadre, ajoute la Mairie, selon laquelle la « situation est rentrée dans l’ordre depuis le 22 février ».

>> A lire aussi: Chargé de verbaliser les voitures, il conduisait positif au cannabis

La Ville ne tiendra compte que des contrôles effectués avec un matériel géolocalisé démontrant que l’agent verbalisateur se trouve bien dans la rue indiquée, selon le communiqué. Des pénalités financières seront appliquées pour tout contrôle non géolocalisé.

Le contrôle du paiement des parcmètres est depuis le 1er janvier confié à Paris à Streeteo et Urbis, deux entreprises privées.