L’association Ferus dénonce la campagne de lutte contre le harcèlement sexuel dans les transports

POLEMIQUE Une jeune femme menacée par un loup, un ours ou un requin, ce sont les affiches d’Ile-de-France Mobilités pour lutter contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun. Une campagne qui ne plaît pas aux défenseurs de ces animaux sauvages…

Floréal Hernandez
— 
Une des trois affiches de la campagne d'Ile-de-France Mobilités pour lutter contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun.
Une des trois affiches de la campagne d'Ile-de-France Mobilités pour lutter contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun. — Ile-de-France Mobilités

Lundi, Ile-de-France Mobilités a lancé sa campagne de lutte contre le harcèlement sexuel dans les transports. Celle-ci s’appuie sur trois affiches où les harceleurs sont figurés par un loup, un requin et un ours. Des représentations qui ne passent pas pour l'association Ferus, qui milite pour la protection et la conservation des ours, loups et lynx.

>> A lire aussi: «Dans les transports en commun, le problème, ce sont les agresseurs, les harceleurs, les frotteurs», estime Valérie Pécresse

« Nul doute que pour mettre en scène un loup, un ours et un requin, la mentalité des “professionnels” en communication qui ont sévi pour ces balourdises n’a pas dû évoluer beaucoup depuis Charles Perrault », estime l’asso dans un communiqué.

« Les harceleurs bipèdes doivent trouver cela jouissifs »

La Ferus juge que la campagne « est d’autant plus ratée que les harceleurs bipèdes doivent trouver cela jouissifs d’être comparés à des animaux aussi beaux et aussi puissants ». Dans un communiqué adressé à France 3, le groupe RATP explique que « la campagne ne stigmatise personne » et qu’elle « fait simplement appel à la symbolique du prédateur, via des animaux ».

>> A lire aussi: Radiographie des agressions sexuelles dans les transports en commun, 60% des victimes sont des Franciliennes

La campagne contre le harcèlement sexuel dans les transports d’Ile-de-France Mobilités somme les victimes et les témoins de donner l’alerte. Elle rappelle également quels sont les outils de signalement du harcèlement : 3117 par téléphone, 31 17 7 par SMS et l’application 3117, les bornes d’appel ou bien encore inciter à prévenir les agents présents dans les transports publics.