Grand Paris: «Talent Makers Lab» à Gennevilliers, un laboratoire géant pour «connecter l'apprentissage à son époque»

URBANISME Plus grande consultation d’aménagement et d’urbanisme d’Europe, Inventons la métropole du Grand Paris va permettre la création de 51 nouveaux sites urbains au sein du Grand Paris. « 20 Minutes » vous dévoile le projet «Talent Makers Lab» à Gennevilliers (Hauts-de-Seine)...

Mickaël Bosredon

— 

Le projet Talent Makers Lab de la Compagnie de Phalsbourg à Gennevilliers.
Le projet Talent Makers Lab de la Compagnie de Phalsbourg à Gennevilliers. — Compagnie de Phalsbourg
  • Cet immense bâtiment de 38.000 m2 veut construire tout un écosystème autour de la formation et de l'apprentissage.
  • Il prendra forme en lieu et place de l'ancienne tour «Gérard Philippe» dans la ZAC du Luth à Gennevilliers.
  • Fab Café, restaurant, commerces et salle de concert le complèteront pour en faire un véritable lieu de vie.

C’est un des projets du concours Inventons la métropole du Grand Paris à se concrétiser aussi rapidement. Trois mois après l’annonce des résultats de cette grande consultation, la Compagnie de Phalsbourg et la Société d’économie mixte d’aménagement de Gennevilliers (SEMAG 92) ont signé le 22 janvier dernier, avec la ville de Gennevilliers, la vente du terrain de la ZAC du Luth, qui va accueillir le premier « Talent Makers Lab » de France. La Compagnie de Phalsbourg espère un dépôt du permis de construire « cet été. »

>> A lire aussi : Grand Paris Express: Le super métro verra bien le jour (mais un petit peu plus tard que prévu)

« Talent Makers Lab » est un écosystème construit autour du triptyque formation professionnelle, entrepreneuriat et animation commerciale. Sur 38.000 m2, il comprendra ainsi un centre de formation professionnelle qui formera 600 élèves aux métiers industriels et technologiques, en lien avec une antenne du Cnam qui formera aux métiers de la batellerie.

Le projet Talents maker Lab de la Compagnie de Phalsbourg à Genevilliers, est un concept autour de la formation professionnelle et de l'entrepreunariat, qui accueillera aussi restaurant et commerces.
Le projet Talents maker Lab de la Compagnie de Phalsbourg à Genevilliers, est un concept autour de la formation professionnelle et de l'entrepreunariat, qui accueillera aussi restaurant et commerces. - Compagnie de Phalsbourg

On y trouvera aussi un Fab Café animé par WoMa, association qui propose des espaces de travail et des ateliers équipés d’outils traditionnels et de machines à commande numérique, ouverts à tous, et Bagel Lab. Il s’agira d’un « lieu-outil » ouvert qui permettra à chacun de réaliser des projets créatifs et artistiques, de fabriquer des objets numériques connectés en 3D…

« Donner un nouveau visage au quartier »

Le projet est situé sur une parcelle à l’Ouest du quartier du Luth à Gennevilliers, qui abritait auparavant l’immeuble de logements sociaux « Gérard Philippe », symbole de l’urbanisme des années 1960, avant que cette tour ne soit détruite en 2001 pour débuter un vaste plan de rénovation urbaine mené par l’ANRU.

>> A lire aussi : VIDEO. Grand Paris à Arcueil: Ecotone, un bâtiment «biomimétique» en forme de montagne, va sortir de terre

Cette parcelle est aujourd’hui sans utilisation, désaffectée depuis de nombreuses années, servant de parking pour quelques habitants du quartier. Ces 17.000 m² de terrains, au pied de la ligne 13 du métro, ont été mis à projets lors de la consultation « Inventons la Métropole du Grand Paris » pour « donner un nouveau visage au quartier. »

Le projet Talents Maker Lab, de la Compagnie de Phalsbourg, dans le quartier du Luth à Gennevilliers.
Le projet Talents Maker Lab, de la Compagnie de Phalsbourg, dans le quartier du Luth à Gennevilliers. - Compagnie de Phalsbourg

«Redonner une image positive à l'apprentissage»

« L’idée de base du projet est de redonner une image positive à l’apprentissage » explique Eric Paillot, vice-président de la Compagnie de Phalsbourg, notamment « en connectant l’apprentissage à son époque et en le dotant d’un écosystème », poursuit Mathieu Boncour, directeur des relations institutionnelles.

>> A lire aussi : Grand Paris: «Nouveaux Cycles» à Bobigny, un vaste projet au service de l'économie circulaire

Cela passe par « un chantier qui va permettre aux apprentis d’être dans un environnement qualitatif, et de trouver sur un même site tout ce qui va faire leur vie durant leur durée d’aprentissage, jusqu’à un incubateur qui leur permettra de créer leur propre structure », détaille Laura Tricon-Russo, responsable du projet.

Un pôle des arts urbains pour faire vivre le site le soir

L’objectif des architectes (Atelier Architecture Vincent Parreira, Antonio Virga Architecture et Djuric Tardio Architectes) est ainsi de créer une grande place centrale autour de laquelle seront créées de grandes percées, représentant autant de ponts vers différentes activités.

>> A lire aussi : Grand Paris Express: «Mails codés», «cartes cachées dans les coffres»... Les secrets de la genèse du projet dans un livre passionnant

Un restaurant exploité par Mamie Cocotte (concept à la croisée des chemins entre restaurant d’entreprise et restaurant classique), 80 grands logements en colocation, permettront aux apprentis, « qui viennent souvent de loin », de vivre sur place. Une offre de commerces et de services sera également proposée, de même qu’un pôle des arts urbains « pour faire vivre le site le soir. » Des partenariats seront noués pour proposer des concerts et des expos, notamment avec Osaro, agence spécialisée dans les cultures urbaines, et Le Tamanoir, une scène de musique actuelle locale.

Une ferme urbaine sur les toits-terrasses

« Une des grandes réflexions du projet est aussi de travailler sur les synergies, insiste Laura Tricon-Russo. Nous souhaitons que le parc de machines des apprentis qui n’est pas utilisé durant leur période en entreprise, puisse servir durant ce temps aux utilisateurs du Fab Café. »

>> A lire aussi : Paris: Jardin suspendu, serre... Découvrez le futur visage de la Tour Montparnasse

Les toits-terrasses serviront quant à eux à des projets autour de l’agriculture urbaine : Topager agriculture urbaine exploitera une ferme urbaine sur 3.000 m2 dont les produits (essentiellement des plantes et des salades) seront commercialisés via des Amap locales, et on y trouvera aussi des espaces de jardins partagés pour les utilisateurs du bâtiment.

L'investissement pour ce projet est d'une centaine de millions d'euros. Sa livraison est prévue dans le courant de l’année 2021.